•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Ça nous frappe dur » : la paroisse de Saint-François-Xavier saccagée

Des fleurs et des statues brisées sur le sol de l'église.

Des statues ont été brisées en mille morceaux, et les fleurs et divers objets de l'église ont été saccagés.

Photo : Gendarmerie royale du Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une église catholique de la municipalité rurale de Saint-François-Xavier, à l'ouest de Winnipeg, a été la cible de vandales cette fin de semaine. Du jamais vu pour les paroissiens.

Le détachement de Headingley de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a été mis au courant de cette affaire dimanche soir.

Durant la nuit précédente, un ou des suspects sont entrés dans l’église et y ont fracassé des statues et vidé un extincteur, indique la police. Un véhicule a été aperçu dans le stationnement de l’église vers 1 heure du matin.

Eugene Bernardin, qui fréquente la paroisse catholique romaine de Saint-François-Xavier, explique que ce sont les paroissiens qui ont découvert les dommages dimanche matin.

« La messe est à 9 heures et il y a un couple qui vient un peu plus de bonne heure, qui a des choses à préparer. Il a découvert que quelqu’un était rentré et a tout bouleversé. Il y a certaines choses qui n’ont pas été touchées, mais même si c’est une vieille église, les vieilles statues étaient encore parfaites, et ils ont tout massacré ça. »

Il note que certaines statues ne pourront pas être réparées. « Il y a deux anges avec des flambeaux qui étaient de chaque côté de la statue de Saint-François : ils sont en mille morceaux. Donc, ça c’est fini. Il y a une autre statue de Saint-Joseph qui, elle aussi, est finie. »

L'intérieur de l'église. Au fond, sur le sol : des fleurs, plantes et statues saccagées.

La GRC demande l'aide du public pour retrouver le ou les vandales.

Photo : Gendarmerie royale du Canada

Eugene Bernardin est paroissien depuis 1966 et n’avait jamais vu une chose pareille. Mais il préfère rester positif. « Ça aurait pu être pire : ils n’ont pas touché le Sacré-Coeur dans le coin, par exemple. »

« Quand tu entends ça dans d’autres places, tu [ne réalises pas vraiment]. Mais quand c’est chez vous, ça frappe fort. Mais on ne va pas s’arrêter-là, on va continuer. »

Michel Nault, le prêtre de l’église, ressent pour sa part un grand sentiment de « tristesse ». « Une des choses qui m'a le plus touché, ç’a été de voir une fillette à l'entrée de la porte, une petite fille de 7 ans visiblement bouleversée. »

La GRC demande à toute personne qui aurait des informations sur cette affaire de la contacter.

Ce n’est pas la première église victime de vandalisme ce mois-ci au Manitoba. La semaine dernière, une statue de la cathédrale ukrainienne catholique de Winnipeg a été décapitée. Sa tête a été retrouvée quelques jours plus tard, mais la police cherche encore un morceau du bâton de la statue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !