•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je vous parle avec les deux mains menottées » – André Gauthier, à Oman

 André Gauthier est emprisonné à Oman depuis trois mois.

André Gauthier est emprisonné à Oman depuis trois mois.

Photo :  Radio-Canada/Courtoisie

Radio-Canada

L'homme d'affaires André Gauthier se trouve toujours à Oman, mais il devrait être transféré sous escorte policière vers Dubaï, aux Émirats arabes unis, mercredi matin. Le Saguenéen de 65 ans est emprisonné depuis trois mois à Oman relativement à une affaire de fraude présumée de 30 millions de dollars aux Émirats arabes unis. Il clame son innocence.

Lors d'une entrevue impromptue à l'émission Gravel le matin, le Saguenéen raconte qu'il se trouve « avec les deux mains menottées dans une station de police à Sohar », une ville située entre Dubaï et Mascate, la capitale d'Oman.

Il explique être en attente d'être transporté pour être à nouveau détenu, mais à Dubaï.

Ils vont me remettre aux autorités. C'est une coopération entre les deux pays, ce qui fait que c'est toujours possible d'arrêter cette déportation.

André Gauthier

« Je vais dormir dans une cellule ce soir », ajoute-t-il, en précisant qu'il n'aura plus accès à son cellulaire.

Interrogé sur son état d'esprit, M. Gauthier assure qu'après « un down » il a le moral, notamment grâce au soutien de sa famille et de ses amis. Il a toutefois fondu en larmes avant que la communication soit coupée.

La famille tente présentement de joindre les autorités canadiennes et lance notamment cet appel à Justin Trudeau.

M. Trudeau, le Canada entier le regarde [...]. C’est dans une situation comme ça qu’on sépare les leaders des suiveurs, les hommes des enfants. Je pense qu’avant une période d’élection extrêmement intense, M. Trudeau se doit de faire preuve de leadership et nous démontrer ce qu’il a dans le ventre, soutient le fils de M. Gauthier.

Il espère faire monter la pression sur les autorités pour que son père puisse être libéré.

Il mentionne toutefois que toute cette attention pourrait aussi créer l’effet inverse et nuire à son dossier.

Ottawa suit la situation de près

Questionné par les journalistes à Ottawa sur la situation dans laquelle se trouve André Gauthier, le premier ministre Justin Trudeau a assuré que son gouvernement est bien au fait du dossier.

« On est préoccupé par tout Canadien qui se trouve en situation consulaire difficile », a expliqué le premier ministre du Canada.

« Ça fait longtemps qu’on est engagé avec lui, avec son dossier, avec sa famille. On va continuer d’être actif à ce niveau-là… », a-t-il assuré.

De son côté, M. Gauthier estime que « le gouvernement canadien a toujours collaboré depuis les quatre dernières années et il ne trouve pas ça juste. Mais il a comme politique de ne pas s'ingérer dans la justice étrangère, c'est pour ça qu'il n'y a pas vraiment eu d'efforts de faire à part un suivi ».

Entrevue avec son fils, Alexis Gauthier.

Québec presse Ottawa d'agir

La ministre des Relations internationales et de la Francophonie du Québec, Nadine Girault, a écrit à la ministre des Affaires étrangères du Canada, Chrystia Freeland, mardi matin pour lui rappeler l’importance qu’accorde le gouvernement provincial au dossier d’André Gauthier.

Je vous envoie cette note pour vous faire part de ma préoccupation entourant le cas de Monsieur André Gauthier […]. En toute connaissance de la complexité du dossier, je réitère l’importance que le gouvernement du Québec accorde à cet enjeu et demande au gouvernement du Canada d’offrir tous les services consulaires nécessaires compte tenu de cas délicat, a signifié la ministre Girault.

Accusé à tort?

L’histoire d’André Gauthier a commencé en 2013, lorsqu'il a participé à la mise sur pied de l’entreprise Gold AE aux Émirats arabes unis.

Au micro d'Alain Gravel, le Saguenéen originaire de La Baie raconte qu'on l'accuse d'avoir détourné 30 millions de dollars, alors qu'il se trouvait hors du pays.

« On sait très bien qui a fait [le coup] », dit-il en évoquant un « représentant de la famille royale qui était président du conseil d'administration de la société ».

Lorsque des soupçons de fraude ont été révélés, M. Gauthier aurait été chargé de mener une enquête à ce sujet.

« J'ai trouvé, au bout de cinq mois d'efforts, où allaient les fonds », explique le Saguenéen qui se refuse à pointer du doigt quiconque et qui se contente de dire :  « comme on dit, il y a une pièce manquante au casse-tête ».

International