•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie d’urgentologues à l’hôpital QEH de Charlottetown

L'Hôpital Queen Elizabeth

Il ne reste que deux urgentologues à l'hôpital Queen Elizabeth de Charlottetown.

Photo : CBC/Brian Higgins

Radio-Canada

Le manque de médecins à l'urgence du centre hospitalier principal de l'Île-du-Prince-Édouard, le Queen Elizabeth de Charlottetown, allonge le temps d'attente des patients et nuit à la santé des soignants, selon l'un des urgentologues de l'hôpital, le Dr Trevor Jain.

L’urgence du QEH peut normalement compter sur 14 médecins. Depuis six mois, il n’y en a que 12. Ils doivent donc mettre les bouchées doubles.

Les médecins font plus de quarts de travail de nuit, ce qui est très mauvais pour leur santé, leur bien-être et la conciliation travail-famille. Cela a aussi un impact sur le reste de l’équipe, affirme le Dr Jain, l'un des 12 urgentologues de l'hôpital.

Le problème est aggravé par le fait que le volume de patients a augmenté à l’urgence à cause d’une pénurie généralisée de médecins de famille, à l’Île. Incapables d’obtenir un rendez-vous avec un médecin, de nombreux Prince-Édouardiens se rendent à l’urgence pour des soins primaires.

Selon le Dr Jain, le nombre de malades qui se présentent à l’urgence est passé de 40 000 à 50 000 par année, depuis qu’il a commencé à travailler au QEH, il y a 11 ans.

Le registre des patients orphelins de l’Île-du-Prince-Édouard compte actuellement 13 000 noms.

Le problème n’est pas près de se résorber. D’ici deux ans, le nombre de postes d’urgentologues vacants au Canada pourrait atteindre le chiffre de 1000, selon les données présentées à une conférence de l’Association des médecins d’urgence du Canada qui se tient ces jours-ci à Halifax.

Plusieurs provinces ont d’ailleurs envoyé des recruteurs à cette conférence pour tenter d’attirer chez elles des médecins.

Dans ce contexte, l’Île-du-Prince-Édouard devra s’assurer que les salaires et avantages sociaux qu’elle accorde à ses médecins spécialistes sont concurrentiels, conclut le Dr Jain.

Avec les informations de CBC

Île-du-Prince-Édouard

Soins et traitements