•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jane Philpott : une expulsion qui a laissé des cicatrices à Markham

Elle fait un discours dans un commerce.

La députée fédérale de Markham-Stouffville, Jane Philpott, annonce qu'elle se présentera comme candidate indépendante aux prochaines élections fédérales.

Photo : La Presse canadienne

Marc Godbout

L'ex-ministre libérale Jane Philpott fait le pari de pouvoir être réélue comme candidate indépendante au prochain scrutin fédéral. Mais dans Markham-Stouffville, sa circonscription, le défi s'annonce tout aussi difficile pour la députée que pour son ancien parti.

Une grange rouge. Pure coïncidence. Dans le vieux bâtiment, ils étaient des dizaines de partisans venus assister à la fin du suspense.

Si Jane Philpott expulsée du caucus libéral par Justin Trudeau retourne à Ottawa pour un second mandat, ce sera comme indépendante.

Les événements des derniers mois ont laissé des cicatrices dans la circonscription. Et les signes ne manquent pas. Certains expriment leur amertume plus ouvertement que d’autres. « Elle a été traitée injustement par le parti, c’est insultant », souligne Leea Nutson avec un dépliant de la candidate à la main.

Elle est devant une grange.

Leea Nutson, qui a démissionné de l'exécutif de l'Association libérale de Markham-Stouffville, compte soutenir Jane Philpott à la prochaine campagne électorale fédérale

Photo : Radio-Canada / Marc Godbout

Mme Nutson a claqué la porte de l'Association libérale de Markham-Stouffville en guise de protestation. Elle n’est pas la seule à l’avoir fait, la plupart des membres de l’exécutif ont démissionné. Ils comptent maintenant appuyer Jane Philpott et travailler à sa campagne. « Nous avions une association très active. C’est très dommage, mais j’ai choisi d’appuyer Jane avant le parti. »

Octobre 2019, pas évident

Jane Philpott était déjà avantageusement connue dans sa communauté comme médecin de famille avant de faire le saut en politique et d'être élue en octobre 2015.

Cette fois, même avec une feuille de route politique, le défi s’annonce plus difficile.

D’abord, la circonscription de Markham-Stouffville a tendance à basculer entre libéraux et conservateurs. Jane Philpott a décroché son siège avec moins de 7 % des voix d'avance sur son rival conservateur en 2015. Le Parti libéral du Canada et le Parti conservateur du Canada avaient récolté 92 % des suffrages exprimés.

Être candidat indépendant n’est certainement pas un gage de succès. Dans toute l'histoire politique canadienne, un peu moins du tiers des candidats élus sous la bannière d’un parti et qui ont sollicité un second mandat comme indépendant ont réussi à conserver leur siège.

Depuis 1974, seuls quatre députés ont été réélus comme indépendant après avoir quitté un parti ou en avoir été expulsés

  • Gilles Bernier, 1993
  • John Nunziata, 1997
  • Chuck Cadman, 2004
  • Bill Casey, 2008

Des électeurs sceptiques

Le train de banlieue s’arrête en fin de journée à la petite gare de Stouffville et des passagers s’expriment sur la décision de la députée. « C’est son choix. Je ne crois pas qu'une députée indépendante peut avoir du pouvoir », affirme Steve, qui dit avoir voté libéral en 2015.

Certains sont sceptiques sur ses chances de réussite, même s’ils éprouvent une certaine sympathie à son égard. « Je crois que ce sera très difficile, craint Jodi Hill. Je suis prête à l’appuyer. Mais est-ce que tous ceux qui ont voté libéral vont le faire? »

Ils débarquent sur un quai.

Des passagers du train de banlieue de Toronto arrivent à la gare de Stouffville.

Photo : Radio-Canada / Marc Godbout

Dans son commerce, Pat Montgomery dit réfléchir : « Elle est une femme intègre. À défaut d’un bon candidat conservateur, je ne dis pas non. »

Jane Philpott devra trouver le moyen de gruger des appuis chez les conservateurs. Pour l'instant, elle peut aussi profiter d’une machine libérale affaiblie.

L’adresse courriel de l’Association libérale de Markham-Stouffville n’est plus valide. Ses comptes Facebook et Twitter ont été désactivés.

« Contrairement à eux, nous avons une équipe. C’est un bon début », souligne Leea Nutson avec un sourire en coin.

Politique fédérale

Politique