•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Altercation devant la mosquée : le suspect ciblait les musulmans, selon le plaignant

La façade extérieure du Centre culturel islamique de Québec photographiée de jour, au printemps

L’altercation s’est produite devant le Centre culturel islamique de Québec.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'homme qui a été arrêté à la suite d'une altercation survenue devant le Centre culturel islamique de Québec, samedi dernier, semblait clairement cibler les musulmans.

C’est du moins ce qu’affirme le fidèle qui a porté plainte à la police. Dans une entrevue accordée à Radio-Canada, il raconte que le suspect a insulté sa famille, dénigré l’islam en plus d’effectuer un salut hitlérien.

L’individu aurait notamment pris à partie sa conjointe, sa belle-sœur et l’une de ses nièces, qui est mineure.

« C'était très agressif comme message […] Il leur a demandé : "Vous êtes les trois ses femmes? La polygamie, c'est interdit ici" », relate le plaignant, qui a préféré témoigner sous le couvert de l’anonymat.

Il avait vraiment ciblé [les musulmans] et il a atteint sa cible […] Je crois qu’il avait un message à passer.

Le plaignant

« Regard louche »

Le fidèle affirme avoir repéré le suspect à sa sortie de la mosquée, vers 10 h 30, samedi. L’homme de 47 ans traînait aux abords du lieu de culte « avec un regard un peu louche ».

Le plaignant dit être allé à la rencontre de l’homme afin de s’enquérir de ses intentions. C’est à ce moment-là que tout aurait dégénéré.

« J’ai posé la question gentiment : "T’es le bienvenu si tu as besoin d’informations." Malheureusement, la réplique était tellement loin de ce à quoi je m'attendais. Il a dit : "Tu n'as pas à me dire bienvenue, c’est chez moi ici. Vous n'êtes pas d'ici." »

Un témoin accorde une entrevue dos tourné à la caméra. Le derrière de sa tête est flouté afin qu’on ne puisse pas le reconnaître.

Le plaignant a raconté sa version de l’incident au journaliste de Radio-Canada Alexandre Duval. Il a préféré ne pas divulguer son identité.

Photo : Radio-Canada

Le témoignage du plaignant corrobore en plusieurs points celui du chauffeur de taxi qui a tenté de mettre fin à l’altercation. Les deux hommes n’ont toutefois pas la même perception de l’état dans lequel se trouvait le suspect.

« Il sait ce qu’il dit »

Le chauffeur, qui aurait été frappé par l’individu, mentionne que ce dernier « n’était pas vraiment là », évoquant de possibles « troubles psychologiques ».

Le fidèle qui a porté plainte n’est pas du même avis : « Je crois que c'est quelqu'un qui sait ce qu'il dit […] Je présume qu’il étudie. Je ne dirais pas que c’est un ignorant ni que c’est un faible d’esprit. Ce n’est pas à moi de juger », confie-t-il.

Le plaignant déplore l’incident, qui témoigne selon lui d’un « climat de haine » ambiant. Il demeure toutefois persuadé que les opinions du suspect ne reflètent pas celles de la majorité. L’homme avait d’ailleurs un message à adresser à la population.

« Ne laissez pas les extrémistes parler en votre nom […] Je sais qu’ils sont une minorité. Ne les laissez pas parler en votre nom, c’est mon seul message », a-t-il lancé.

Le suspect de 47 ans a été arrêté par les policiers de Québec, qui traitent l’incident comme un crime à caractère haineux.

Avec les informations d’Alexandre Duval et David Rémillard

Québec

Crime haineux