•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministre de la Justice interrogé par la GRC en lien avec l'enquête sur la course à la direction du PCU

Le ministre de la Justice, Doug Schweitzer, porte des lunettes et un costume-cravate pendant qu'il parle devant un micro.

Doug Schweitzer, ministre de la Justice de l'Alberta.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La GRC a interrogé le ministre de la Justice de l'Alberta, Doug Schweitzer, dans le cadre de son enquête sur des allégations de fraude électorale durant la course à la direction du Parti conservateur uni en 2017.

M. Schweitzer a confirmé lundi avoir parlé à des agents de la GRC durant la fin de semaine et qu'il « continuera de coopérer selon les besoins », mais n’a pas voulu faire davantage de commentaires à cause de l’enquête en cours.

CBC/Radio-Canada ne sait pas si M. Schweitzer a été contacté à propos d’une plainte qu'il a déposée sur des irrégularités lors du vote pendant la course à la direction en octobre 2017 ou par rapport à son poste de ministre de la Justice.

En Chambre lundi, questionné par l’opposition, M. Schweitzer a fourni quelques détails supplémentaires.

« Je peux dire à cette assemblée que des agents de la GRC m'ont contacté pour me dire qu'ils voulaient me parler samedi et que je les ai rencontrés dimanche pour une brève discussion de 30 minutes », a déclaré M. Schweitzer.

Il a ajouté avoir répondu aux questions des policiers. « Ils n'avaient plus d'autres questions à me poser », a-t-il précisé.

En tant que ministre de la Justice et procureur général, Doug Schweitzer est chargé de garantir l'indépendance de plusieurs enquêtes en cours à la GRC relatives à la course à la direction du PCU. Il a lui-même été candidat dans cette course et avait fait des allégations de fraude lors du vote.

Malgré tout, le gouvernement de Jason Kenney a annoncé ce mois-ci qu'il ne retiendrait pas les services d’un procureur externe pour superviser les enquêtes, ce que demande l’opposition de manière à éviter toute apparence de partialité pendant l’enquête.

Selon le gouvernement, ce geste n’est pas nécessaire, car la GRC mène ses enquêtes de manière indépendante.

Nous respectons l'indépendance de la GRC dans la conduite des enquêtes.

Doug Schweitzer, ministre de la Justice de l'Alberta

« Il s’agit d’une situation sans précédent, une enquête active relative aux intérêts et à la conduite du premier ministre et du procureur général », a déclaré Rachel Notley aux journalistes ce mois-ci.

Rachel Notley, nouvelle chef de l'opposition officielle à l'Assemblée législative albertaine.

Rachel Notley, nouvelle chef de l'opposition officielle à l'Assemblée législative albertaine.

Photo : Radio-Canada / Mirna Djukic

« Nous devons absolument chercher une surveillance indépendante, absolument indépendante. Le seul moyen de le faire est de chercher à l'extérieur de l'Alberta », a ajouté Rachel Notley.

Quelques heures à peine après le début du vote lors de la course à la direction du Parti conservateur uni, en 2017, Doug Schweitzer et un autre candidat, Brian Jean, avaient tenté de suspendre le vote en raison d'inquiétudes de fraude électorale.

Le parti avait refusé, affirmant que le processus était sécurisé.

Mais CBC/Radio-Canada et d’autres médias ont révélé l’existence de graves problèmes lors du vote, et la GRC mène actuellement des enquêtes criminelles à Calgary et à Edmonton.

À Calgary, des documents ont révélé que des votes venant de fausses adresses électroniques avaient été comptabilisés.

La GRC enquête également sur des allégations de financement illégal pendant la course à la direction du PCU et de nouvelles amendes ont été annoncées lundi.

Jusqu’à maintenant, le commissaire aux élections de l'Alberta a imposé des amendes totalisant 71 000 $ pour avoir fait des dons illégaux à la campagne de Callaway et tenté d'empêcher l'enquête de son bureau.

Avec les informations de Jennie Russell, Charles Rusnell et Kim Trynacity

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !