•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le « pilote des stars » reconnu coupable d’incendies criminels et de harcèlement

Normand Dubé.

Normand Dubé n’a pas présenté de défense.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Normand Dubé, connu comme « le pilote des stars » pour avoir transporté quelques personnalités publiques, a été déclaré coupable d'incendies criminels et de harcèlement, lundi, au palais de justice de Saint-Jérôme.

Sur un total de 12 chefs d’accusation, le juge Gilles Garneau a en a retenu 6 contre Dubé : 4 d'incendie criminel et 2 de harcèlement criminel, dans des affaires concernant notamment des fonctionnaires et des avocats des villes de Sainte-Anne-des-Plaines et de Terrebonne.

Le procureur aux poursuites criminelles et pénales, Steve Baribeau, a aussitôt requis son incarcération immédiate soulignant que Dubé est déjà sous le coup d’une sentence de sept ans de prison pour avoir saboté des lignes de transport d’électricité d’Hydro-Québec.

Et compte tenu des six chefs d’accusation retenus contre lui, Normand Dubé s’expose à une peine plus lourde, a expliqué Me Baribeau. Pour ne pas miner la confiance du public, Dubé doit être incarcéré immédiatement, a insisté le procureur.

Le juge s’est aussitôt rendu aux arguments de la Couronne et a ordonné l’incarcération de Dubé.

L’annonce de la culpabilité de Normand Dubé a été bien reçue par les victimes présentes.

Les victimes ont été lourdement affectées. […] C’est quelque chose que nous allons mettre en preuve sur sentence, considérant les conséquences des crimes de M. Dubé.

Steve Baribeau, procureur aux poursuites criminelles et pénales

La peine minimale pour un incendie criminel est de 10 ans de pénitencier et elle peut aller jusqu’à 14 ans.

Le procureur veut également que Normand Dubé soit évalué comme délinquant à contrôler, parce qu’il semble avoir de la difficulté à gérer ses pulsions.

Dubé, qui n’a pas présenté de défense, envisage de porter ce jugement en appel.

En sortant de la salle d’audience, il a déclaré aux médias qu’il n’avait « aucune idée des incendiaires ».

Il sera de retour au palais de justice de Saint-Jérôme le 10 juin prochain pour savoir s’il est déclaré ou non délinquant à contrôler.

Avec les informations de Karine Bastien

Procès et poursuites

Justice et faits divers