•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saguenay débloque des fonds pour la reconnaissance patrimoniale d’Arvida

Une maison à Arvida

Arvida

Photo : Radio-Canada

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Saguenay embauchera bientôt un agent de développement culturel entièrement dédié à la mise en valeur du patrimoine d'Arvida.

Le conseiller municipal du secteur, Carl Dufour, réclamait la création de ce poste puisque certains dossiers pouvant avoir une influence sur la reconnaissance d’une partie de l’ancienne ville de l'aluminium comme site du patrimoine mondial par l’UNESCO sont au point neutre.

L’implantation d’un centre d’interprétation entre les murs de l’église Sainte-Thérèse et le déménagement du canon de la légion canadienne d’Arvida au centre-ville ne sont que quelques exemples d’attraits patrimoniaux que Saguenay juge important de mettre en valeur auprès de la population et des visiteurs.

  • Construite en 135 jours autour de l’usine de l’Aluminium Company of Canada (ALCOA), Arvida a reçu le titre de 13e arrondissement historique du Québec en 2018.

Il y a plusieurs projets sur la table. Il faut donner un coup. Il y avait encore des fonds de disponibles dans l’entente de développement culturel 2018-2020. On va aller voir sur le marché s’il n’y aurait pas quelqu’un de disponible pour prendre en charge les dossiers de patrimoine, explique celui qui porte aussi le chapeau de président du Comité pour la reconnaissance patrimoniale d’Arvida (CORPA).

Carl Dufour

Le conseiller municipal d'Arvida, Carl Dufour.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Lamothe

La création du poste d’agent de développement a été entérinée par le comité exécutif au début du mois de mai.

La nouvelle ressource sera d’abord embauchée pour une période de 18 mois et son salaire sera payé à même l’enveloppe consacrée à l’entente de développement culturel liant Saguenay au ministère de la Culture et des Communications du Québec (MCCQ).

Liste indicative

Piloté par l’historienne et spécialiste en patrimoine urbain, Lucie K. Morisset, le dossier d’Arvida a été soumis à Parcs Canada en 2017.

La demande visait l’inclusion de la cité du métal gris à la liste indicative fédérale.

C’est à partir de cette liste que l’UNESCO analyse les dossiers et confère ses titres.

Une maison à Arvida

Une maison située dans le quartier d'Arvida

Photo : Radio-Canada

Sept des huit dossiers retenus par Ottawa lors du dernier appel de candidatures mettaient en valeur des éléments de patrimoine naturel, comme l’île d’Anticosti, l’unique site québécois choisi.

« On avait raté la liste indicative de peu en 2017 et on avait eu les recommandations de la présidente du comité qui nous disait de continuer de mettre des efforts et des investissements sur nos bâtiments et conserver la fierté des gens. C’est un peu tout ça qu’on est en train de travailler. »

— Une citation de  Carl Dufour, conseiller municipal responsable du secteur Arvida

Le dossier de reconnaissance d’Arvida a été remis à la députée de Chicoutimi et ministre responsable de la région, Andrée Laforest.

Carl Dufour laisse entendre qu'elle le fera cheminer jusqu’au bureau du premier ministre, François Legault, qui devrait ensuite le porter jusqu’à son homologue fédéral, Justin Trudeau.

La ministre Laforest confirme qu'elle a à coeur ce dossier de compétence fédérale et qu'elle continuera de l'appuyer en collaboration avec sa collègue de la Culture et des Communications du Québec (MCCQ), Nathalie Roy.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !