•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coupable d’avoir géré un important réseau de trafiquants de méthamphétamines

Des policiers escortent Jonathan Rochette, menottes aux poignets, vers l’endroit où lui et ses présumés complices auraient dissimulé de la drogue

Jonathan Rochette, 32 ans, était à la tête d'important réseau de trafiquants qui oeuvrait dans l'est du Québec

Photo : Radio-Canada / Yannick Bergeron

Radio-Canada

Jonathan Rochette, la tête dirigeante d'un vaste réseau de trafiquants de drogue démantelé en novembre 2016 à Québec, a été condamné dimanche pour gangstérisme, recel d'une somme d'argent obtenu criminellement, complot, possession et trafic de stupéfiants.

Sa mère, Peggy Gagnon, et Antoine Lévesque, qui agissaient à titre d’employés de M. Rochette, ont pour leur part été déclarés coupables des chefs de complot, possession et trafic de stupéfiants.

Les membres du jury, qui délibéraient depuis jeudi, ont eu foi unanimement à la thèse de la Poursuite à savoir que Jonathan Rochette dirigeait un important réseau de trafiquants qui vendaient principalement de la cocaïne et des méthamphétamines.

Dans l'est du Québec

Le réseau oeuvrait dans la grande région de Québec, le Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie et sur la Côte-Nord.

Sur une période de 6 mois, environ 5 millions de comprimés de méthamphétamine ont notamment été écoulés dans l’est du Québec, selon l’enquête de la Sûreté du Québec.

Déjà détenu, Jonathan Rochette obtiendra une sentence plus lourde que ses complices. En vertu de la loi, la peine qu'il obtiendra pour gangstérisme sera purgée de manière consécutive aux autres peines.

Procès et poursuites

Justice et faits divers