•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux manifestantes anti-G7 non coupables d'avoir participé à un attroupement illégal

Des policiers de l’escouade antiémeute forment une ligne. À l’avant-plan, on aperçoit un meuble en train d’être consumé par les flammes.

Les manifestants ont incendié des meubles afin de bloquer l’accès à l’autoroute Dufferin-Montmorency, au centre-ville de Québec.

Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Jean-François Nadeau

Deliane Laflamme et Lynda Forgues sont acquittées d'avoir participé à un attroupement illégal lors d'une manifestation anti-G7, le 8 juin 2018, au cours de laquelle un canapé avait notamment été incendié sur la chaussée de l'avenue Honoré-Mercier, à Québec.

Lynda Forgues est cependant reconnue coupable de port d'arme dans un dessein dangereux.

Les deux manifestantes anti-G7 soutenaient, selon le plaidoyer de la défense, qu'elles avaient été arrêtées et détenues illégalement.

Le juge de la Cour municipale, Jacques Ouellet, estime que les arrestations des deux femmes étaient illégales parce que les policiers qui ont procédé aux arrestations de Lynda Forgues et de Deliane Laflamme n'ont pas été témoins directs de leur participation à une manifestation illégale.

Ils ne pouvaient donc pas procéder aux arrestations sans avoir de mandat.

Le magistrat conclut par contre que la détention n'était pas arbitraire.

Concernant le répulsif canin retrouvé dans le sac à dos de Lynda Forgues, le juge estime que les policiers ont agi de bonne foi en procédant à la fouille après avoir arrêté la manifestante.

Le Tribunal est convaincu que la seule utilisation projetée était celle d'utiliser le répulsif contre les policiers, ce qui aurait pu leur causer des lésions.

Lynda Forgues doit revenir en cour municipale le 10 juin pour les représentations sur la peine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Procès et poursuites

Justice et faits divers