•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Peguis menace d'expulser les consommateurs et les vendeurs de drogues

Une affiche en pierre indiquant l'entrée de la Première Nation Peguis.

Glenn Hudson dit que le problème des drogues entraînait des problèmes de santé et de sécurité. Les cambriolages et les vols étaient devenus plus fréquents au cours des derniers mois dans la Première Nation de Peguis.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Première Nation Peguis s'attaque à la consommation de drogues, en menaçant de bannir les gens qui en consomment ou qui en vendent dans les logements de la communauté.

« Si une personne utilise ou vend des drogues, légales ou non, elle sera expulsée des logements appartenant à la Première Nation et pourra être bannie du territoire de Peguis », lit-on dans une lettre signée par le chef Glenn Hudson et des membres du conseil.

« Ces actes ne seront pas tolérés. La Première Nation de Peguis prend des mesures pour mettre fin au trafic de drogue dans la réserve et poursuivra ses efforts pour créer une communauté sans drogues », ajoutent-ils.

Cette initiative a été motivée par une augmentation de l'utilisation de méthamphétamine et d'opioïdes au cours des derniers mois, selon Glenn Hudson.

« Cela va pousser les vendeurs hors de la communauté ou, du moins, les avertir que nous ne tolérons pas cela », affirme-t-il.

M. Hudson dit que le conseil avait déjà des soupçons au sujet de beaucoup de personnes, mais que personne n’a encore été expulsé.

Les consommateurs et les vendeurs de drogues ne seront plus en mesure d'utiliser les services de l'Office du logement de Peguis, qui attribue les logements et aide également à verser des acomptes sur les logements.

La Première Nation de Peguis, située à environ 190 kilomètres au nord de Winnipeg, compte plus de 10 000 habitants. C'est la plus grande Première Nation du Manitoba.

Un homme devant une fenêtre.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Glenn Hudson dit que le conseil suspectait déjà bon nombre de personnes, mais que personne n’a encore été expulsé.

Photo : Radio-Canada

Glenn Hudson dit que le problème des drogues entraînait des problèmes de santé et de sécurité. Les cambriolages et les vols étaient devenus plus fréquents au cours des derniers mois.

L'année dernière, le chef et le conseil ont adopté une résolution visant à expulser trois résidents qui n'étaient pas membres de la Première Nation et qui vivaient dans la communauté.

« Ces personnes sont des visiteurs chez nous. Si elles décident de résider dans la communauté avec d'autres personnes et si elles continuent de faire le trafic ou la consommation de drogues, nous ne pouvons pas le tolérer », ajoute-t-il.

Le chef de Peguis ajoute que l’interdiction s'applique également aux membres de la Première Nation. Il dit que des services de traitement de la toxicomanie sont offerts aux personnes qui en ont besoin.

« Nous sommes disposés à les aider à résoudre ces problèmes et nous avons eu ces discussions dans le passé. Mais, si les gens vont à l'encontre de l'interdiction, nous n'avons pas d'autre choix », conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !