•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coup de feu et chasse à l'homme à Edmundston

Une voiture policière garée dans l'entrée du centre de ski du mont Farlagne.

Les policiers recherchent un suspect possiblement armé dans la région d'Edmundston.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau

Radio-Canada

La Force policière d'Edmundston, au Nouveau-Brunswick, recherche un homme qui a tiré sur un travailleur du garage Gallant Entreprise. Entre-temps, des mesures de précaution sont prises dans les écoles de la ville.

Les policiers ont reçu un appel signalant ces faits dans la nuit de dimanche à lundi.

Peu après minuit, ce matin, un individu qui était en train de commettre une entrée par effraction dans un commerce ici à Edmundston a été surpris par un employé qui arrivait sur les lieux. Suite à ça, il y a eu une petite altercation qui s’est produite. Puis, le suspect a fait feu sur l’employé, le blessant. Ce sont des blessures mineures pour ce qui est de l’employé qui a déjà été traité à l’hôpital [et qui] a déjà reçu son congé, explique un inspecteur de la Force policière d’Edmundston, Steve Robinson.

La police s'est aussi rendu compte lundi matin qu'il y avait eu une entrée par effraction au Mont Farlagne dans la nuit de dimanche à lundi et que des vêtements y ont été volés, explique Steve Robinson. Le Mont Farlagne se situe sur la même route où le véhicule accidenté a été retrouvé. Les deux incidents pourraient donc être reliés, souligne le policier.

Une camionnette industrielle dans un stationnement clôturé

La Force policière d’Edmundston a fait remorquer le véhicule volé dans son terrain de stationnement aux fins de l'enquête.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau

L'agression a été commise avec un fusil à plomb, affirme l'inspecteur Robinson.

Après l’agression, le malfaiteur a volé un véhicule de l’entreprise et a pris la fuite. Le véhicule a été retrouvé accidenté et abandonné près de la Transcanadienne. Les policiers croient que l’agresseur a quitté les lieux à pied.

On ne craint pas pour la population. On n'a aucune indication que cet individu-là a l’intention de s’en prendre à la population. On croit même qu’il y a une forte possibilité qu’il ait quitté la région.

Steve Robinson, Force policière d'Edmundston

Les policiers recherchent un homme parlant anglais, qui est dans la trentaine, qui mesure entre 1,7 et 1,8 mètre et qui a une carrure athlétique. Il est de race blanche avec un teint foncé. Il a des cheveux courts, une moustache, des tatouages au cou et possiblement une blessure au menton.

L’homme dégageait aussi une forte odeur d’essence au moment des faits. Il avait été surpris en train de voler de l'essence, précise l'inspecteur Robinson.

Un immeuble industriel.

Un employé de Gallant Entreprise (ci-dessus) a été blessé en surprenant un malfaiteur qui volait de l'essence.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau

On demande tout de même [aux gens] si jamais ils voient un individu qui pourrait correspondre au suspect de, s’il vous plaît, contacter la Force policière d’Edmundston ou tout autre force policière si ce n’est pas dans notre région, conseille Steve Robinson.

Le numéro de téléphone de la Force policière d’Edmundston est le 506 739-2100.

Une entreprise sous le choc

La direction de Gallant Entreprise apporte des précisions sur l’état de santé de son employé blessé.

Il a des brûlures de poudre de fusil dans le visage et un morceau d’oreille qui est parti. Il se portait quand même bien, mais [...] il va rester marqué un peu, c’est sûr. [...] J’espère qu’il s’en sorte bien. Je suis content que ce ne sont pas des blessures graves et je suis content qu’il est vivant, mais ce n’est vraiment pas plaisant de voir tes employés avec du mal comme ce matin, explique le vice-président de Gallant Entreprise, James Gallant.

Tout le personnel de l’entreprise est ébranlé par les événements, ajoute-t-il. Certains employés hésitaient à se présenter au travail lundi matin, dit-il, mais ils sont finalement tous entrés.

Tout le monde travaille tout de suite. Ça va bien. On est une compagnie qui se tient, indique M. Gallant.

Mesures de confinement souple dans deux écoles

L'École Saint-Jacques et le Carrefour de la Jeunesse appliquent le confinement souple. Les classes se déroulent normalement, mais les élèves et le personnel demeurent à l'intérieur de l'école, explique le District scolaire francophone Nord-Ouest.

Les écoles ne sont pas directement menacées et ce n’est qu’une mesure de précaution, assurent les autorités scolaires. Personne n’est autorisé à entrer ou à sortir de ces établissements jusqu’à ce que les policiers confirment qu’il n’y a aucun danger.

Les classes se termineront à l’heure habituelle, précise le District scolaire. Les élèves qui rentrent chez eux en autobus feront comme d’habitude et des policiers seront présents à cette occasion.

Quant aux élèves qui rentrent habituellement chez eux à pied, ils resteront à l’école jusqu’à ce que les parents ou tuteurs passent les prendre.

Avec les renseignements de Kassandra Nadeau

Nouveau-Brunswick

Crimes et délits