•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fiat Chrysler présente un projet de fusion avec Renault

Le siège social de Fiat-Chrysler au Michigan
Selon Fiat-Chrysler, une union avec Renault permettrait de devenir le troisième joueur en importance sur le marché. Photo: Associated Press / Carlos Osorio
Radio-Canada

Le constructeur Fiat Chrysler Automobiles (FCA) a présenté lundi au groupe français Renault une proposition de fusion de leurs activités qui, si elle se réalisait, donnerait naissance au troisième constructeur automobile en importance de la planète avec une production estimée à 8,7 millions de véhicules.

La direction du constructeur italo-américain Fiat Chrysler a confirmé lundi avoir fait parvenir au conseil d’administration du groupe Renault une proposition non contraignante en vue d’un « rapprochement dans le cadre d'une fusion qui verrait les actionnaires des deux groupes détenir chacun 50 % du nouvel ensemble ».

Comme les deux entreprises ne sont pas exactement de la même taille, Renault étant légèrement plus petit que son concurrent, les actionnaires de FCA recevraient un dividende exceptionnel de 3,75 milliards de dollars pour égaliser la valeur de leurs actions.

Toujours selon la proposition de FCA, les actionnaires des deux constructeurs automobiles recevraient ensuite chacun 50 % des actions de la nouvelle entité fusionnée.

Steve Vince works on a 2017 Chrysler Pacifica on the assembly line at the Windsor Assembly Plant, Friday, May 6, 2016, in Windsor, Ontario. Fiat Chrysler Automobiles and Google announced Tuesday, May 3, that they will work together to more than double the size of Google's self-driving vehicle fleet by adding 100 Chrysler Pacifica minivans. (AP Photo/Carlos Osorio)Ligne de montage de la Chrysler Pacifica à Windsor, en Ontario Photo : The Associated Press / Carlos Osorio

Un champion de l'électrique

S’il devait voir le jour, ce nouveau géant de l’automobile deviendrait le troisième constructeur automobile du monde en importance avec une valeur de près de 35 milliards de dollars américains en bourse et une production annuelle de plus de 8,7 millions de véhicules par an, selon les estimations de Fiat Chrysler.

Pour FCA, l’éventail de véhicules offerts par les deux groupes est « large et complémentaire, et fournirait une couverture complète du marché, du luxe au segment grand public ».

« Le nouvel ensemble [...] serait l'un des leaders mondiaux de technologies dédiées aux véhicules électriques, de marques premium, de VUS, de camions et de véhicules utilitaires, et bénéficierait d’une présence mondiale avec une répartition géographique plus étendue et plus équilibrée que chacun des deux groupes seuls », a ajouté FCA dans un communiqué.

La voiture électrique Zoé de RenaultLa voiture électrique Zoé de Renault Photo : AFP / AFP/Getty/Gabriel Bouys

Qui plus est, la mise en commun de leurs ressources et actifs permettrait à FCA et Renault de générer environ 7,5 milliards de dollars d’économies qui viendraient s'ajouter aux synergies actuelles de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, estime FCA.

Au-delà des gains qu’elle fait refléter, cette transaction permettrait aussi aux deux constructeurs d’unir leurs forces pour réaliser d’importants investissements dans leurs véhicules, rendus nécessaires par les évolutions technologiques, notamment l'électrification, la conduite autonome ou les véhicules connectés.

Renault étudie l'offre « avec intérêt »

À Paris, le Conseil d'administration de Renault a déclaré qu’il allait étudier « avec intérêt » la proposition de Fiat Chrysler.

« Après avoir revu attentivement les termes de cette proposition amicale, le Conseil d'administration de Renault a décidé d'étudier avec intérêt l'opportunité d'un tel rapprochement, confortant l'empreinte industrielle du groupe Renault et générateur de valeur additionnelle pour l'alliance », ont déclaré les administrateurs dans un communiqué.

« Une communication interviendra le moment venu afin d'informer le marché des résultats de ces discussions », s’est contenté de déclarer le groupe automobile français.

Selon une source proche du dossier citée par l’Agence France-Presse, John Elkann, petit-fils de Gianni Agnelli, l'emblématique président de Fiat, et actuel président de FCA, pourrait devenir président de la nouvelle entité. Jean-Dominique Senard, actuel président de Renault, deviendrait pour sa part président exécutif. Mais les discussions sont encore en cours, précise cette même source.

Le gouvernement français « assez favorable »

Le gouvernement français, qui détient 15 % du capital de Renault, s’est quant à lui dit « assez favorable » à ce projet de fusion, dans la mesure où il profiterait à l’essor économique du constructeur français.

« Il faut bien sûr voir dans quelles conditions cela va se réaliser. Il faut qu'elles soient favorables au développement économique et industriel de Renault et à ses salariés », a déclaré lundi la secrétaire d'État et porte-parole du gouvernement français, Sibeth Ndiaye.

Mme Ndiaye a ajouté qu'un tel projet était susceptible de répondre aux enjeux de souveraineté économique européenne et française.

« Des géants se sont construits en dehors de l'Europe, nous avons besoin de géants en Europe », a ajouté la porte-parole du gouvernement français.

Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Industrie automobile

Économie