•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Amir Khadir prêt à verser son allocation de transition de 90 000 $ à la communauté

Amir Khadir s'adresse aux journalistes.

L'ex-député solidaire de Mercier, Amir Khadir, lorsqu'il a annoncé qu'il quittait l'Assemblée nationale, « mais pas la politique ».

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

L'ex-député de Québec solidaire Amir Khadir s'apprête à verser son allocation de transition de 90 000 $ à des groupes communautaires de sa circonscription de Mercier.

C'est la première fois qu'un ancien parlementaire décide de faire cadeau de son indemnité de départ de cette façon.

En entrevue à La Presse canadienne, M. Khadir, qui est médecin spécialiste, a dit ne pas avoir besoin de cet argent. Il divisera la somme en trois bourses de 20 000 $ et trois autres de 10 000 $.

Celui qui a été le premier député élu de Québec solidaire, et cofondateur du parti, s'annonce prêt, dès lundi, à recevoir des propositions de projets.

Elles devront venir de groupes communautaires ou d'œuvres de charité reconnus, être bien structurées et répondre à un besoin de la communauté.

Une équipe composée de responsables du bureau de comté de Mercier, et dont fait partie M. Khadir, recueillera les propositions sur un microsite en ligne et choisira celles qui les touchent le plus.

Envoyer un message

Par ce geste, Amir Khadir ne cache pas qu'il souhaite également envoyer un message aux élus de l'Assemblée nationale.

« Si les gens qui, comme moi, quittent [la politique] et immédiatement retournent à leur travail comme avocat, ingénieur ou médecin, et qu'ils ont une source de revenus, moi je ne vois pas pourquoi il faudrait qu'ils touchent ces revenus-là », a-t-il déclaré.

Il reste marqué par la démission en 2015 de l'ancien ministre libéral de l'Éducation Yves Bolduc, qui a touché une allocation de transition d'environ 150 000 $, alors qu'il retournait à la pratique de la médecine.

L'allocation de transition pour les députés qui démissionnent en cours de mandat a depuis été éliminée, sauf pour des raisons de santé ou familiales.

Elle demeure pour les députés qui sont défaits lors d'une élection ou qui terminent un mandat sans être candidats à l'élection qui suit.

L'allocation est versée dès la fin du mandat du député et à sa demande, soit en un seul versement et sur une période pouvant s'échelonner jusqu'à 36 mois.

Et si la personne se trouvait un emploi bien rémunéré après trois mois seulement? demande Amir Khadir.

Il faut planter l'idée dans la tête de nos collègues qu'on doit concevoir ça comme une allocation de transition, et non comme une prime à laquelle on aurait droit et qu'on mettrait dans notre poche, quelles que soient nos circonstances.

Amir Khadir

« Les lois pourraient changer, le Bureau de l'Assemblée nationale pourrait réfléchir à instaurer une règle qui encadre ça [...] un mécanisme qui tienne compte de la possibilité réelle de se trouver un emploi [...] Ça peut être une allocation qui n'est pas donnée en bloc », suggère-t-il.

Amir Khadir a représenté la circonscription montréalaise de Mercier de 2008 à 2018. Né à Téhéran, en Iran, il est détenteur d'un doctorat en médecine de l'Université Laval et d'une maîtrise en physique de l'Université McGill. Il est médecin spécialisé en microbiologie-infectiologie.

Politique provinciale

Politique