•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mobilisation contre une privatisation du parc de la plage Murray

La plage Murray au Nouveau-Brunswick le 14 avril 2019.

Le parc provincial de la plage Murray, à Petit-Shemogue au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Hughes

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des citoyens se mobilisent pour signifier leur opposition à une gestion privée du parc provincial de la plage Murray, au Nouveau-Brunswick.

Le gouvernement de Blaine Higgs compte confier la gestion du parc à une entreprise privée d’ici 2020.

Une pétition contre les intentions du gouvernement Higgs circulait d’ailleurs dimanche, alors qu’une centaine de résidents s’étaient rassemblés à Murray Corner.

Plusieurs des citoyens rencontrés se demandent ce qui motive le gouvernement progressiste-conservateur dans ce dossier, puisque la plage Murray n’est pas déficitaire. Le parc provincial a même généré de légers profits au cours des trois dernières années.

Le nombre de visiteurs est en augmentation constante : on en comptait 39 000 en 2016, et ce nombre a dépassé les 43 000 visiteurs l’année dernière. Les réservations du terrain de camping sont passées de 9200 en 2016 à 10 349 en 2018.

Des dizaines de citoyens assis sur des chaises et la députée, de dos, au micro.

La députée de Memramcook-Tantramar, Megan Mitton, a pris la parole lors de l'assemblée citoyenne de dimanche à Murray Corner.

Photo : Radio-Canada

Craintes pour les emplois

Une gestion privée du parc provincial de la plage Murray soulève de plus des questions chez des travailleurs, qui craignent de perdre leur emploi.

Ils sont une dizaine de travailleurs saisonniers à la plage Murray, auxquels s’ajoutent quatre emplois d’été pour étudiants.

Selon Jean-Guy Richard, un représentant du Syndicat canadien de la fonction publique, des discussions sont en cours pour que certains de ces travailleurs soient relocalisés au parc provincial de la plage Parlee.

Il souligne que certains de ces employés travaillent au parc depuis plus de 30 ans.

Le gouvernement provincial compte réaliser des économies de 147 000 $ par an en confiant l’exploitation du parc à un tiers. Un appel d’offres devrait être lancé cet automne.

D’après un reportage de Jean-Philippe Hughes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !