•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Marches de l’espoir pour la sclérose en plaques dans l’Est

Une feuille accrochée sur un chandail.

Plus de 150 marcheurs ont participé à la Marche de l'espoir à Rimouski.

Photo : Radio-Canada / Maxence Matteau

Radio-Canada

Les villes de Baie-Comeau et de Rimouski figurent parmi les 17 villes du Québec qui participent à la Marche de l'espoir au profit de la Société canadienne de la sclérose en plaques. Cet événement est l'occasion pour les associations régionales d'amasser des fonds et de sensibiliser la population à la maladie.

La présidente d'honneur à Rimouski, Jennifer Murray souhaite que l’événement puisse ouvrir le dialogue. Madame Murray a reçu un diagnostic de sclérose en plaques il y a deux ans. Elle explique que le moment qui a suivi ce constat a été difficile, autant pour elle que pour sa famille.

Ça m’a pris du temps à en parler. La résilience a été vraiment longue.

Jennifer Murray, présidente d'honneur à Rimouski

Quand j’ai eu mon diagnostic, je n'avais personne à qui en parler. J’ai vraiment trouvé ça difficile de ne pas pouvoir en parler, de ne pas avoir quelqu’un qui vivait la même chose que moi, dans ma situation, raconte-t-elle.

Les marcheurs s'échauffent avant l'événement.

Les marcheurs s'échauffent avant l'événement.

Photo : Radio-Canada

Un « choc émotif important »

Comment je vais vivre avec ça au quotidien? C’est la question que s’est posée Jennifer Murray à la suite de son diagnostic. Mais après un certain temps et la prise de médication, elle se sentait finalement prête à parler ouvertement de sa maladie.

Je me suis dit : “là, c’est le temps que j’en parle”.

Jennifer Murray, présidente d'honneur à Rimouski

Je me suis dit “Go! On y va”, parce qu’il y a sûrement d’autres personnes qui vivent la même chose que moi et je suis peut-être une ressource pour quelqu’un qui a besoin d’en parler, pour quelqu’un qui reçoit un diagnostic qui est un choc émotif important, insiste-t-elle.

La porte-parole souhaite ainsi que gens soient informés sur la sclérose en plaques, et que la recherche se poursuive afin de mieux comprendre cette maladie qu’elle qualifie de méconnue.

S'impliquer pour ses proches

À Baie-Comeau, Hélène Drolet et son mari profitent de leur retraite pour s'impliquer dans l'organisation de l'événement. La motivation n'est pas difficile à trouver pour Hélène Drolet, dont la famille est éprouvée par la maladie.

Depuis 15 ans, ma fille a été diagnostiquée de la sclérose en plaques. Ça va quand même bien, elle a des enfants, une belle vie, sauf que c'est beaucoup de jeunes qui sont affectés [par] la sclérose en plaques. C'est pour ça que moi, étant à la retraite, j'ai un peu plus de temps libre. J'ai décidé de m'impliquer pour cette cause-là. C'est la première année que je fais ça, mais... ce sera pas la dernière, c'est certain!, lance-t-elle.

L'objectif régional pour la Côte-Nord a été fixé à 14 000$.

En 2018, la Marche de l'espoir a recueilli 8 M$ à travers le Canada.

Bas-Saint-Laurent

Société