•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mission accomplie pour le 1er Festival d'oiseaux de Rimouski

Les visiteurs à l'Observatoire d'oiseaux de Rimouski profitent de l'occasion inespérée de tenir un oiseau dans leurs mains.
Les visiteurs à l'Observatoire d'oiseaux de Rimouski profitent de l'occasion inespérée de tenir un oiseau dans leurs mains Photo: Radio-Canada / Simon Turcotte
Radio-Canada

Un premier festival d'amateurs d'ornithologie s'est déroulé en fin de semaine au Bas-Saint-Laurent. Les citoyens ont pu s'initier à ce loisir et découvrir la faune aviaire avec l'équipe de l'Observatoire d'oiseaux de Rimouski.

Un texte de Louis Garneau

Différentes activités, dont le baguage d'oiseaux et des excursions en mer, ont permis de captiver le public qui était au rendez-vous.

Les oiseaux sont capturés et isolés dans des sacs, puis ils sont identifiés et bagués aux pattes avant d'être remis en libertéLes oiseaux capturés et isolés dans des sacs sont identifiés et bagués délicatement avant d'être remis en liberté Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

L'Observatoire constitue un outil pédagogique idéal pour apporter la nature aux gens, selon le directeur Mikaël Jaffré. Le public a été fasciné de pouvoir toucher les oiseaux, de les prendre dans leurs mains.

Plus d'une centaine de personnes ont participé aux activités, tant à la station qu'au belvédère Raoul-Roy et en mer avec les croisières parties de Rivière-du-Loup et Trois-Pistoles.

L'Observatoire constitue bien entendu un outil de recherche pour le suivi des migrations d'oiseaux au Canada, rappelle Mikaël Jaffré.

Il note un retard marqué des migrations au printemps 2019, attribuable à un décalage de l'écosystème : Plus la neige fond tard, plus les oiseaux vont arriver tardivement. Et plus l'émergence des insectes, qui sont dépendants des bourgeons, va arriver tard.

La station d'observation et de baguage permet d'enregistrer et de compiler les données d'observation des différentes espèces d'oiseauxLa station d'observation et de baguage permet d'enregistrer et de compiler les données d'observation des différentes espèces aviaires Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

D'après les observations sur le terrain, les granivores sont arrivés de 7 à 10 jours plus tard qu'à l'accoutumée. Puis les insectivores eux, décalent de 5 à 7 jours, etc.

Avec le réchauffement climatique, c'est l'inverse qui se produit sur la planète, selon le chercheur postdoctoral à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR). Il estime que l'anomalie observée dans la région pourrait se résorber dès les prochaines années.

Bas-Saint-Laurent

Nature et animaux