•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un programme ontarien pour les arts autochtones aboli

Une femme qui porte un vêtement coloré brode.
Des femmes autochtones participent à un atelier de broderie avec des piquants de porcs-épics lors d'une conférence à Ottawa en mars. Photo: La Presse canadienne / Avec la permission de Shrestharth Ghosh
Radio-Canada

Le secteur des arts est durement touché par les compressions imposées par le gouvernement ontarien, qui veut éliminer son déficit de 11,7 milliards de dollars. Un fonds créé l'an passé, qui visait à mettre en valeur la culture autochtone, est carrément éliminé.

Le financement du secteur culturel passe de 295 millions l’an dernier à 235 millions cette année.

Le Conseil des arts, qui accorde des subventions, recevra 10 millions de moins cette année. L’élimination du Fonds culturel autochtone, qui est géré par le Conseil, représente des compressions supplémentaires de 5 millions de dollars.

Correction : Une version précédente de ce texte précisait que l’élimination du Fonds culturel autochtone représentait 5 des 10 millions de dollars retranchés du budget du Conseil des arts de l’Ontario. Au contraire, l’annulation du financement de 5 millions du Fonds culturel autochtone s’ajoute aux compressions de 10 millions de dollars.

L'Aboriginal Arts Collective of Canada avait obtenu 25 000 $. Cela lui a permis d’organiser un rassemblement longuement planifié au cours duquel 200 femmes autochtones ont appris des disciplines d’artisanat traditionnelles comme la fabrication de paniers et les décorations avec des piquants de porcs-épics.

Ces traditions n’avaient pas été transmises dans certaines familles, parce que les enfants avaient été envoyés dans les pensionnats autochtones ou encore enlevés lors de la rafle des années 60.

Des femmes en jupes fleuries qui sourientDawn Setford (4e à partir de la droite) pose avec des participantes à un atelier de couture à la conférence sur l'artisanat. Photo : La Presse canadienne / Avec l'autorisation de Shrestharth Ghosh

La présidente, Dawn Setford, ne pense pas pouvoir trouver de financement ailleurs pour organiser à nouveau cet événement.

En tant que femmes autochtones, nous arrivions finalement à cette étape où les gens voulaient mieux nous connaître, dit-elle. Nous avions assez confiance, étions assez fières pour pouvoir commencer à partager [ces connaissances].

Je pense que cette décision du gouvernement nous envoie encore le message que nous n’avons pas une grande valeur, que nous ne sommes pas égales.

Dawn Setford, présidente de l'Aboriginal Arts Collective of Canada

Même son de cloche du côté du grand chef de la Nation Nishnawbe Aski, Alvin Fiddler, qui rappelle que les arts, dont la musique et les récits, sont des composantes importantes de la culture autochtone.

C’est comme dire à nos artistes que leurs œuvres, leur contribution à la société ne sont pas importantes.

Le ministre debout en chambre qui parle en regardant le président de l'Assemblée.Le ministre du Tourisme, de la Culture et des Sports, Michael Tibollo Photo : Chaîne de l'Assemblée législative de l'Ontario

Dans une déclaration écrite, le ministre de la Culture Michael Tibollo souligne que chaque dollar qui va au remboursement de la dette est un dollar qui n'est pas dépensé pour les programmes et services.

Notre gouvernement reconnaît l'importance des programmes offerts par les agences du ministère [du Tourisme, de la Culture et des Sports], qui fournissent des services précieux aux Autochtones ontariens et enrichissent nos communautés.

Le ministre Michael Tibollo

M. Tibollo explique également que le gouvernement ontarien d'autres programmes soutient financièrement les communautés autochtones, notamment la Fondation Trillium et le Conseil des arts de l'Ontario.

Avec les informations de La Presse canadienne

Toronto

Autochtones