•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Érosion des berges de la plage Jacques-Cartier : Québec sommé d'intervenir

L'érosion est de plus en plus visible à la plage Jacques-Cartier. Photo: Radio-Canada / Marie Maude Pontbriand
Marie Maude Pontbriand

La Ville de Québec et des citoyens pressent le ministère de l'Environnement d'accorder les autorisations nécessaires afin d'effectuer des travaux pour freiner l'érosion des berges à la plage Jacques-Cartier.

« Plus on attend plus on voit que le sentier s'empire et qu'il est en train de partir dans le fleuve », s'inquiète le président du conseil de quartier du Cap-Rouge, Louis Martin. De passage à la plage Jacques-Cartier, M. Martin constate les ravages de l'hiver sur les berges du fleuve.

On peut voir que l'érosion s'est accentuée, le sentier commence à partir dans le fleuve, il y a des lampadaires qui commencent à être proches pas mal du bord.

Louis Martin, président du conseil de quartier du Cap-Rouge

Même constat de la part de la conseillère municipale Anne Corriveau qui souligne que la problématique existe au moins depuis son entrée en poste en 2013.

Il y a quelques années, le ministère de l'Environnement a refusé la demande de la Ville d'effectuer des travaux de stabilisation, lui demandant une étude d'impact. Le document a finalement été déposé en mai 2018, puis le ministère est revenu à la charge avec une soixantaine de questions auxquelles la Ville a fourni des réponses en février dernier.

Une rencontre est prévue dans les prochains jours entre la Ville et le ministère de l'Environnement. Il faudra notamment déterminer si les travaux de stabilisation doivent être soumis à des audiences du BAPE.

On est prêt quand on nous donne le go, on va y aller c'est sûr.

Anne Corriveau, conseillère municipale de la Pointe-de-Sainte-Foy

Plus de 2 millions de dollars ont d'ailleurs été réservés pour ces travaux dans le dernier programme triennal d'immobilisations (PTI).

« On a une certaine impatience, mais en même temps, il faut dire qu'on comprend, on ne joue pas dans l'environnement. »

La Ville espère encore pouvoir aller de l’avant avec les travaux de stabilisation des berges de la portion ouest de la plage à l’automne 2020.

Au moment d’écrire ces lignes, le ministère de l’Environnement n’a pas répondu à notre demande d’entrevue.

Québec

Environnement