•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Adolescent happé à Saint-Urbain : des radars fixes réclamés

Un radar fixe
Un radar fixe est exigé à Saint-Urbain, dans Charlevoix. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Deux jours après un accident qui a plongé un adolescent dans un état critique, la mairesse de Saint-Urbain, dans Charlevoix, lance un cri du cœur au ministère des Transports du Québec (MTQ). Claudette Simard souhaite obtenir l'autorisation d'installer des radars fixes pédagogiques dans sa municipalité pour éviter une autre tragédie.

Bien que la limite de vitesse dans le centre-ville de Saint-Urbain soit de 50 km/h, plusieurs citoyens déplorent les excès de vitesse sur la route 381, qui est gérée par le MTQ.

« La limite est à 50 km/h, mais il y a beaucoup de chauffeurs qui roulent à 80, 90 km/h, et peut-être même plus », soutient Régis Lajoie, un résident du secteur.

La mairesse de la municipalité souhaite installer un radar fixe pédagogique depuis trois ou quatre ans, mais se bute à des obstacles auprès du Ministère.

« Ça achoppe au ministère des Transports. On a de la difficulté à avoir de la collaboration. Ou ils ne croient pas, ou ils ne voient pas l’importance », soutient Mme Simard.

Les nouveaux radars seraient payés par la municipalité, mais des autorisations du ministère sont nécessaires.

La question de la sécurité, c’est nous qui voulons la gérer.

Claudette Simard, mairesse de Saint-Urbain
Claudette SimardClaudette Simard, mairesse de Saint-Urbain Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Des résultats ailleurs

La mairesse ajoute que des radars fixes du même genre ont été installés dans d’autres municipalités du Québec et que l’outil a fait ses preuves.

« À Saint-Siméon, le maire a réussi, à force de revendications, à faire bouger le ministère des Transports, affirme-t-elle. C’est un projet pilote qui est en place depuis novembre dernier. Je sais que ça fonctionne très bien. Ça fait une grosse différence. »

Par ailleurs, l’adolescent de 14 ans qui a été happé jeudi dernier a succombé à ses blessures dans un centre hospitalier de la région de Québec.

Deux suspects dans cette affaire, une femme de 40 ans et un homme de 43 ans, doivent comparaître lundi au palais de justice de La Malbaie.

Québec

Transports