•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ventes de Huawei pourraient chuter d'un quart, selon des analystes

Un employé vend des téléphones intelligents Huawei P30 dans un centre commercial à Bangkok, en Thaïlande, le 22 mai 2019.
En conflit commercial avec la Chine, les États-Unis ont interdit la semaine dernière à Huawei de s'approvisionner auprès de fournisseurs américains. Photo: Reuters / Soe Zeya Tun
Reuters

L'entreprise chinoise Huawei, cible de sanctions américaines, pourrait voir ses ventes de téléphones intelligents chuter d'un quart cette année et risque même de disparaître des marchés hors de Chine, prédisent des analystes.

En conflit commercial avec la Chine, les États-Unis ont interdit la semaine dernière à Huawei de s'approvisionner auprès de fournisseurs américains. Cette interdiction, qui a ensuite été assouplie pour une durée provisoire de 90 jours, porte sur les pièces et les services étant à au moins 25 % d'origine américaine.

Elle a déjà amené Google, qui fournit non seulement le système d'exploitation Android, mais aussi une multitude d'applications, à annoncer l'arrêt de certaines livraisons à Huawei.

D'après une étude menée par Fubon Research et Strategy Analytics, les livraisons de téléphones intelligents de Huawei, numéro deux mondial du secteur en volume de ventes, pourraient baisser de 4 % à 24 % en 2019 si les sanctions américaines restent en place.

Plusieurs experts interrogés dans le cadre de cette étude jugent toutefois difficile de fournir une prévision chiffrée, étant donné les nombreuses incertitudes dans ce dossier.

Fubon Research s'attend désormais à ce que Huawei ne vende plus que 200 millions de téléphones intelligents cette année, dans le scénario le plus défavorable, contre une précédente prévision de 258 millions.

Rayée du marché en Europe ?

L'entreprise chinoise, qui contrôle près de 30 % du marché européen selon le cabinet spécialisé IDC, a vendu 208 millions de téléphones intelligents l'an dernier, dont la moitié hors de Chine. L'Europe est son principal marché pour les appareils haut de gamme.

Huawei pourrait être rayée du marché du téléphone intelligent en Europe de l'Ouest l'an prochain si elle n'a plus accès à Google.

Linda Sui, directrice des stratégies sur le téléphone intelligent Strategy Analytics

Huawei affirme qu'elle est en train de mettre au point la technologie qui lui permettra de développer seule ses téléphones intelligents, mais les experts en doutent. Ils soulignent qu'il est impossible de contourner les États-Unis pour s'approvisionner en composants et brevets essentiels à la fabrication des appareils.

Le géant pourrait ainsi être contraint de licencier des milliers d'employés et de « disparaître en tant qu'acteur mondial pendant un certain temps », dit Stewart Randall, spécialiste du secteur des puces au sein du cabinet Intralink, basé à Shanghai.

Les appareils Huawei suscitent déjà moins d'intérêt depuis l'interdiction prononcée par les États-Unis, si l'on se fie au nombre de clics sur les sites de vente en ligne, rapporte PriceSpy, comparateur de produits revendiquant 14 millions de visiteurs par mois en moyenne.

« Dans les quatre derniers jours, la popularité des appareils de Huawei s'est effondrée, ils ont reçu quasiment moitié moins de clics que la semaine dernière au Royaume-Uni et 26 % de moins au niveau mondial » indique PriceSpy.

Téléphones intelligents

Économie