•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Madelinots préoccupés par l'impact d'une nouvelle tour de Bell

Le producteur de miel madelinot, Jules Arseneau devant le site prévu par Bell pour implanter une tour de télécommunication de 35 mètres Photo: Radio-Canada / Philippe Grenier
Louis Garneau

L'installation projetée d'une tour de télécommunications de 35 mètres à Havre-aux-Maisons mobilise des Madelinots. Ils ont soulevé plusieurs questions restées sans réponse de la part de Bell Canada.

Les buttes pelées des Îles-de-la-Madeleine constituent l'une des nombreuses figures emblématiques de l'archipel. Mais voilà qu'une imposante tour de Bell Mobilité pourrait être érigée et changer le paysage.

Belle veut implanter une tour de télécommunication près de résidents inquiets à Havre-aux-MaisonsUne tour de télécommunication de Bell serait implantée sur le même site qu'une carrière de pierre, à Havre-aux-Maisons Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

En tout cas, pour Jules Arseneau, producteur-propriétaire de Miel et mer, ça ne passe pas.

Je suis inquiet. Les antennes, un champ électromagnétique qui vient interférer avec les abeilles, ça vient interférer leur sens d'orientation.

D'autres résidents se questionnent également, et ils veulent des réponses de Bell.

Quatre résidents d'Havre-aux-Maisons s'inquiètent de l'impact qu'aurait une tour de 35 mètres sur la vie aux Îles-de-la-MadeleineDes résidents d'Havre-aux-Maisons s'inquiètent de l'impact d'une tour de 35 mètres dans leur environnement insulaire Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Richard Spénard est résident d'Havre-aux-Maisons : C'est scandaleux! Parce que c'est un territoire qui est panoramique, qui est connu par tous comme quelque chose qui doit être protégé.

Julie Séguin croit qu'il faut forcer Bell à regarder d'autres possibilités.C'est quoi la suite? Ils vont ajouter des tours, et nous mettre un drapeau de l'Acadie au-dessus de la tour? ajoute Jules Arsenau.

Michel Saint-Laurent s'inquiète des effets d'une tour dans son voisinage. On n'a pas d'étude sur le long terme. Dans un cas comme ça, je pense qu'on devrait appliquer le principe de précaution.

Malgré ses règles strictes de construction, la municipalité a les mains liées : l'implantation d'une tour de télécommunication relève du gouvernement fédéral.

La députée fédérale de Gaspésie - Îles-de-la-Madeleine se veut rassurante.

Diane Lebouthillier est debout à la Chambre des communes à Ottawa. Diane Lebouthillier est la ministre responsable de l'Agence du revenu du Canada. Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Si ce projet-là va de l'avant, c'est parce qu'il n'y a pas de danger de santé et de sécurité au niveau de la population.

Diane Lebouthillier, députée PLC, Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine

Mais la municipalité ainsi que le député provincial souhaitent que Bell entende le point de vue des résidents.

Le député Joël Arseneau soulève lui-même quelques questions : Est-ce que le moyen proposé est le bon? Est-ce qu'il est le seul et le meilleur? Quels sont ces impacts sur la santé et la production de miel?

Joël Arseneau est député provincial des Îles-de-la-MadeleineLe député péquiste des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

C'est des impacts dont le télécommunicateur doit se soucier, en amont de la décision.

Joël Arseneau, député PQ, Îles-de-la-Madeleine

Dans un communiqué, l'entreprise Bell assure vouloir améliorer la couverture et la capacité sans-fil des Madelinots tout en respectant des normes strictes en matière de santé.

Les administrateurs précisent que la recherche n'a établi aucun lien entre les tours cellulaires et la santé des abeilles.

Le communiqué ne précise pas si une présentation publique des recherches sera mise de l'avant.

D'après le reportage de Philippe Grenier

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Télécommunications