•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation en Israël contre l'immunité pour Benyamin Nétanyahou

Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou est photographié devant un drapeau d'Israël.

Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou nie toute malversation et dénonce une chasse aux sorcières.

Photo : Reuters

Reuters

Des milliers d'Israéliens ont manifesté samedi à Tel-Aviv pour protester contre un projet visant à protéger par une nouvelle loi le premier ministre Benyamin Nétanyahou contre des poursuites judiciaires et limiter le pouvoir de la Cour suprême.

Le rassemblement à l'appel de la plupart des partis d'opposition a réuni quelque 20 000 personnes selon un photographe de Reuters, 80 000 selon les organisateurs.

Au pouvoir depuis ces dix dernières années, Benyamin Nétanyahou a été réélu pour un cinquième mandat en avril dernier bien que le procureur général d'Israël ait annoncé deux mois plus tôt son intention de l'inculper pour fraude et corruption.

Le premier ministre israélien nie toute malversation et dénonce une chasse aux sorcières. Le dirigeant de la droite israélienne affirme qu'il n'entend pas démissionner, même s'il est inculpé.

Rien dans la loi n'oblige Benyamin Nétanyahou à démissionner en cas d'inculpation, mais les partisans du premier ministre au sein de son parti – le Likoud – cherchent à obtenir l'immunité parlementaire afin de le protéger.

S'attendant à des recours en justice, ils défendent également un projet de loi qui annulerait tout jugement de la Cour suprême contre cette immunité.

Le 13 mai dernier, Benyamin Nétanyahou écrivait sur Twitter que si sa politique a toujours été de préserver l'indépendance de la Cour suprême, des changements étaient nécessaires afin de rétablir l'équilibre entre les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire.

Atteinte à la démocratie

L'opposition dénonce quant à elle des projets qui pourraient porter atteinte à la démocratie israélienne.

Yair Lapid, l'un des chefs de file du principal parti d'opposition, le parti centriste Bleu et blanc, a déclaré samedi lors de la manifestation à Tel-Aviv que Benyamin Nétanyahou « détruisait le pays » afin d'échapper à la prison. « Nous ne le laisserons pas faire », a-t-il dit.

Benyamin Nétanyahou est en train de bâtir une nouvelle coalition avec les partis de droite, d'extrême droite et les partis religieux qui lui permettront de contrôler 65 des 120 sièges de la Knesset.

La plupart des partis qui devraient rejoindre cette coalition ont déjà exprimé leur soutien à l'idée d'accorder l'immunité au premier ministre et de limiter les pouvoirs de la Cour suprême, accusée par les partis ultranationalistes d'être trop libérale et interventionniste.

Benyamin Nétanyahou a jusqu'à mercredi pour présenter un nouveau gouvernement, mais il n'a conclu encore aucun accord avec un parti.

S'il échoue, le président Reuven Rivlin peut demander à une autre personnalité de former un gouvernement.

Politique internationale

International