•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Septième édition d'un jeu de roller derby aux couleurs arc-en-ciel

Des enfants jouent au roller derby dans un gymnase.
La première partie de l'événement était consacrée aux enfants. Photo: Radio-Canada / Chloé Dioré de Périgny
Chloé Dioré de Périgny

La ligue de roller derby de Winnipeg organise, samedi soir, sa 7ème édition de jeux dans le cadre de la semaine de la Fierté. En plus d'amasser des fonds pour deux associations LGBTQ, c'est l'occasion de prôner une nouvelle approche du sport où les distinctions de genres sont moins marquées.

Lorsque Alex Krosney a lancé l'événement Pride Roller Derby il y a sept ans, seulement quelques joueuses de la communauté LGBTQ prenaient alors part à l'activité. Au fil des années, l'organisatrice constate que ce sport a gagné en popularité.

Pour le roller derby tout autour du monde, c’est vraiment important d’être inclusif [...] c’est une raison pour laquelle la communauté LGBTQ l’aime beaucoup, soutient Alex Krosney, elle-même amatrice de ce sport depuis huit ans.

Le roller derby est un sport principalement féminin, selon Alex Krosney. Dans la plupart des ligues, elle explique cependant que la définition des genres n’est pas limitée au sexe assigné à la naissance.

Ainsi les participantes peuvent choisir dans quelle équipe elles veulent concourir selon leur identité de genre.

La définition de femme, c’est une femme ou une personne qui s’identifie comme une femme. Il y a plus de concentration sur l’identité que sur des marqueurs biologiques, affirme-t-elle.

L'organisatrice de l'événement avec un drapeau LGBTQ autour du cou dans le gymnase où se déroule l'événement. L'organisatrice de l'événement, Alex Krosney, pratique le roller derby depuis huit ans. Photo : Radio-Canada / Chloé Dioré de Périgny

En comparaison, elle cite certaines ligues de sports plus traditionnels, qui optent parfois même pour des tests d’hormones pour déterminer dans quelle catégorie les participants prendront part aux compétitions.

On a des joueuses qui sont transsexuelles, ou qui ne s’identifient pas comme des femmes ou des hommes. Dans le sport traditionnel, on a une équipe de femmes ou d’hommes, alors il n’y a pas de place pour ces personnes-là, soutient-elle.

Financement des associations LGBTQ

Depuis sept ans, une partie des fonds amassés à l'événement Pride Roller Derby sont distribués à des organismes qui supportent la communauté LGBTQ.

Cette année, c’est Queer People Of Colour Winnipeg et Sunshine House, qui ont été choisis. Alex Krosney explique avoir voulu diversifier la redistribution des dons, car d’autres organismes comme Rainbow Resource Center Winnipeg étaient souvent bénéficiaires de cet argent au cours des dernières éditions de l'évenement.

On aime beaucoup ce qu’ils font, mais on a voulu donner du support à des groupes qui ne sont peut-être pas immédiatement ceux auxquels on pense quand on parle de groupes de communauté LGBTQ, affirme-t-elle.

Une bourse a également été offerte par la Ligue à une personne intéressée par le roller derby dans la communauté LGBTQ. Elle pourra ainsi financer son équipement et son inscription dans le programme des nouveaux joueurs.

Pour en savoir plus sur le roller derby :

  • Une partie se joue entre 2 équipes de 5 joueuses, parmi lesquelles on retrouve 4 bloqueuses et une jammeuse, reconnaissable à l’étoile sur son casque
  • La jammeuse gagne des points lorsqu'elle dépasse les joueuses des autres équipes
  • Un jeu se déroule sur une période d'une heure, divisée en deux périodes de 30 min, divisées elles-mêmes en une série de jams de 2 min maximum

Manitoba

Communauté LGBTQ+