•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Andrew Scheer affirme qu’il « est temps de créer un couloir énergétique pancanadien »

Un homme en costume et cravate, tient un papier dans sa main gauche.
Le chef conservateur Andrew Scheer. lors de la période de questions à la Chambre des communes, en mai 2019. Photo: La Presse canadienne / Sean Kilpatrick
Nelly Albérola

Le chef du Parti conservateur fédéral, Andrew Scheer, a de nouveau annoncé, ce samedi à Calgary, vouloir créer un couloir pour expédier plus facilement l'énergie produite au Canada.

Il avait déjà évoqué cette idée la semaine dernière, à Ottawa.

La proposition n’est pas nouvelle : voilà plusieurs décennies que des politiciens et professionnels de l’énergie soulèvent l'idée.

Mais selon M. Scheer, ce corridor sur lequel seraient construits des chemins de fer, des lignes de transmission électriques et des pipelines est aujourd’hui une nécessité. « Je pense que c’est le moment », a-t-il déclaré en point de presse sous la pluie.

Les conditions sont réunies pour avoir une vraie discussion autour de cette idée et régler les défis une fois pour toutes pour les prochaines générations.

Andrew Scheer, chef de l’opposition officielle fédérale.

Selon le professeur adjoint de sciences politiques à l’Université MacEwan d’Edmonton, John Soroski, le chef de l’opposition officielle est peut-être trop optimiste quant à l’intention des gouvernements provinciaux de travailler de concert.

« Je comprends sa stratégie de solidarité autour du projet, mais nous savons tous que certains gouvernements, comme celui de la Colombie-Britannique ou du Québec, ne le soutiendront sûrement pas », dit-il.

Il y a des réalités et conflits politiques qui ne vont pas être résolus simplement en jouant la carte du front commun.

John Soroski, professeur adjoint de sciences politiques à l’Université MacEwan d’Edmonton.

Plan pour les pipelines

Outre ce couloir pancanadien, Andrew Scheer a exposé sa stratégie pour construire des oléoducs, dont le premier point est l’annulation de la taxe sur le carbone. « Ce n’est pas un vrai plan environnemental, affirme le conservateur. Justin Trudeau a exempté les gros pollueurs de notre pays, mais il met la majorité des frais sur les individus et les familles. »

Un homme est debout dans l'herbe, devant une vue large de la ville de Calgary. Il parle dans un micro.Andrew Scheer a présenté un plan d'actions en six points pour construire plus de pipelines au Canada. Photo : Radio-Canada / Nelly Albérola

Le chef de l’opposition officielle souhaite également abolir le projet de loi C-69, « anti-pipeline », selon lui. En relecture au Sénat, le projet vise à resserrer les évaluations environnementales des projets énergétiques.

Le discours d'Andrew Scheer sonne comme un écho dans la province : les Albertains se sont positionnés contre la taxe provinciale sur le carbone aux dernières élections et le nouveau premier ministre de l'Alberta a toujours dénoncé le projet de loi C-69. « Jason Kenney aurait pu être l’auteur de ce plan », souligne l’universitaire.

Alberta

Politique fédérale