•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un dernier hommage à l’ancien député franco-ontarien Benoît Serré

Une photo d'un homme debout devant le Parlement canadien
L'ancien député de Timiskaming-Cochrane, Benoît Serré, a siégé à la Chambre des communes de 1993 à 2004. Photo: Famille Serré
Radio-Canada

La famille, les amis et des connaissances de l'ancien député fédéral de Timiskaming-Cochrane, Benoît Serré, lui ont rendu un dernier hommage samedi. L'homme politique franco-ontarien est décédé le 11 mai, après avoir lutté contre le cancer.

À la célébration de vie de Benoît Serré qui s’est tenue à Warren, à l’est de Sudbury, ses deux filles Ginette St-Georges et Julie Serré ont tenu à rappeler l’homme de famille qu’il était.

Tout ce qu’il a fait en politique, ça le définit comme personne, mais pour nous, il était seulement notre petit papa, confie Ginette St-Georges.

Deux femmes debout ensembleLes filles de Benoît Serré, Julie Serré et Ginette St-Georges, décrivent leur père comme étant une personne «généreuse». Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Mon père prenait des gens qui avaient besoin d’aide et il les amenait à la maison. Pour nous, ce n’est pas étrange d’avoir une maison pleine de gens, avec des gens qu’on vient juste de rencontrer et ça, on a appris ça de notre papa.

Ginette St-Georges, fille de Benoît Serré

Les deux femmes disent qu'elles ne se sont rendu compte de l’impact politique de leur père qu’après la fin de sa carrière en 2004.

C’était très touchant de voir l’effet qu’il a eu sur les gens, beaucoup de gens avaient beaucoup de respect pour lui et c’est dans leurs yeux qu’on a connu notre papa comme politicien, indique Julie Serré.

« Un homme qui tenait parole »

L’ancien député fédéral de Huron-Bruce, Paul Steckle, était aussi présent à la cérémonie.

Alors qu’il ne connaissait pas Benoît Serré personnellement avant leur élection simultanée en 1993, les deux se sont rapidement liés d’amitié en devenant membres du caucus rural libéral.

Ils font aussi partie des trois députés libéraux à s’être opposés, en 1995, au projet de loi C-68 - devenu la Loi sur les armes à feu - et plus précisément au registre des armes à feu, parce qu'ils estimaient que le document ne tenait pas compte des principales préoccupations des propriétaires d'armes à feu.

Ils ont par la suite été réprimandés en se faisant expulser des comités parlementaires où ils siégeaient.

Cela a pavé la voie, ouvert la porte aux futurs députés. Depuis ce temps-là, il y a de nombreux députés qui ont voté contre divers projets de loi [introduits par leur gouvernement], affirme-t-il.

Un homme qui porte des lunettesL'ancien député fédéral de Huron-Bruce, Paul Steckle, a rendu hommage à son ancien collègue Benoît Serré. Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

[Benoît Serré] était un homme à qui je pouvais faire confiance, un homme qui tenait parole, et lorsqu’il disait quelque chose, je savais qu’il y croyait réellement, je savais pourquoi il disait cela, et je serai éternellement reconnaissant pour les moments que j’ai partagés avec lui.

Paul Steckle, ancien député fédéral de Huron-Bruce

En politique pour les bonnes raisons

Benoît Serré était aussi l’oncle de l’actuel député fédéral de Nickel Belt, Marc Serré. Ce dernier, dont le père a aussi été député, décrit son oncle comme étant un bon modèle en politique.

Lorsqu’on parle de mon oncle Benoît, de mon père, ce sont des gens qui ont été en politique pour les bonnes raisons, et les bonnes raisons, c’est d’aider les gens [...], et plus spécialement les gens qui en ont le plus besoin. C’est ça qui est important, déclare-t-il.

Un homme qui souritL'actuel député fédéral de Nickel Belt, Marc Serré, est le neveu de Benoît Serré. Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Il retient particulièrement de son oncle les valeurs de justice sociale, sa passion pour aider les gens, la nature, la chasse et la pêche et le besoin de faire la connexion avec [ses] ancêtres.

Nord de l'Ontario

Politique fédérale