•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Agressions sexuelles de détenues à Truro en N.-É. : la police n’a pas été mise au courant

L'établissement correctionnel Nova pour femmes à Truro, en Nouvelle-Écosse.

L'établissement correctionnel Nova pour femmes à Truro, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / CBC

Radio-Canada

Après avoir nié les faits, le Service correctionnel du Canada s'excuse d'avoir prétendu, à tort, avoir immédiatement prévenu la police qu'une femme détenue aurait été agressée sexuellement par un gardien.

Mercredi dernier, l'agence gouvernementale responsable des prisons fédérales a indiqué qu'elle avait prévenu la police dès que les allégations d'inconduite sexuelle avaient été portées à son attention.

S'il vous plaît, veuillez noter que dès que les allégations d'inconduite sexuelle ont été rapportées, nous avons déclenché notre enquête et avisé nos partenaires policiers
de l'affaire
, avait alors déclaré l’agence par voie de communiqué.

Quelques jours plus tard, l’histoire est toute autre. Pressé de questions par La Presse canadienne, le Service correctionnel a finalement modifié sa version des faits.

L'agence affirme maintenant qu’en décembre 2018, elle avait pris connaissance de plusieurs allégations d’agressions sexuelles de détenues par un gardien de la prison.

Le SCC défend n’avoir prévenu la police que trois mois plus tard pour ne pas nuire à l’enquête interne qu’elle menait. Ce silence est justifiable selon l’agence.

Le Service correctionnel soutient qu'il a suivi les directives du Conseil du Trésor en matière de mise en congé administratif de l'agent au cours de cette enquête interne, et qu'il a communiqué avec la police le 29 mars pour lui fournir des détails concernant l'enquête.

Le chef de la police de Truro, David MacNeil, a déclaré cette semaine que le service de police avait reçu une plainte pour agression sexuelle à l'établissement Nova le 27 mars.
Dès le lendemain, une enquête avait été déclenchée, dit-il.

Monsieur MacNeil refuse toutefois de davantage détailler la chronologie de la procédure.

Trois femmes ont intenté une poursuite contre le Service correctionnel dans cette affaire d'agressions sexuelles présumées.

Avec les informations de La Presse canadienne.

Nouvelle-Écosse

Inconduite sexuelle