•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Facebook lancera sa propre cryptomonnaie en 2020

Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg

Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg

Photo : Reuters / Robert Galbraith

Radio-Canada

Dès l'an prochain, vous pourrez effectuer des achats sur le web sans avoir de carte bancaire, tout simplement en utilisant le GlobalCoin, une cryptomonnaie créée par Facebook.

Le GlobalCoin devrait faire son apparition sur les marchés d’ici la fin de 2019, et les premières transactions devraient s’effectuer durant le premier trimestre de 2020, rapporte BBC News (Nouvelle fenêtre). Cette monnaie virtuelle donnera aux personnes qui n’ont pas de compte bancaire la possibilité d’effectuer des achats sur Internet. Le GlobalCoin pourrait aussi être utile aux gens qui désirent acheter des marchandises à l’international sans payer de frais de conversion de devises.

Le mois dernier, le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a rencontré le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, afin de discuter du lancement du GlobalCoin. D’après BBC News, Mark Zuckerberg a également obtenu des conseils du département du Trésor des États-Unis.

L’un des avantages de la cryptomonnaie de Facebook par rapport aux méthodes de paiement traditionnelles serait le faible coût des transactions. Cette particularité, jumelée au potentiel énorme que représentent les 2,4 milliards d’utilisateurs de Facebook, pourrait contribuer au succès du GlobalCoin.

Qu’est-ce qu’une cryptomonnaie?

Comme toutes les cryptomonnaies, le GlobalCoin se présenterait sous la forme de jetons virtuels déposés dans des portefeuilles numériques.

Habituellement, dans le domaine des cryptomonnaies, les propriétaires des fonds et les personnes effectuant des transactions sont anonymes.

Les monnaies virtuelles fonctionnent à l’aide de la technologie de la chaîne de blocs. Une chaîne de blocs est généralement comparée à un grand livre comptable dans lequel toutes les transactions sont soigneusement notées.

Les ordinateurs connectés au réseau de la cryptomonnaie détiennent tous une copie de la chaîne de blocs. Pour être approuvée, chaque transaction doit être vérifiée par un certain nombre d’ordinateurs, qui s’assurent alors que le client a les fonds nécessaires pour payer.

Cette façon de faire est censée réduire les risques de fraude, puisque pour falsifier une opération, un utilisateur devrait pouvoir modifier la chaîne de blocs d’un seul coup sur presque tous les ordinateurs connectés.

Facebook face à d’importants défis

Malgré cela, Facebook pourrait faire face à une certaine méfiance des utilisateurs. Les cryptomonnaies se heurtent parfois face à des préjugés négatifs de la part des banques et du grand public, qui y voient un investissement risqué.

La variation de la valeur du bitcoin, qui a frôlé les 20 000 $ en décembre 2017 avant de s’effondrer dans les premières semaines de 2018, est l’exemple le plus souvent cité pour illustrer l’instabilité potentielle des cryptomonnaies.

D’après BBC News, Facebook tenterait de stabiliser la valeur du GlobalCoin en l’indexant sur celle de monnaies bien établies, dont le dollar américain, l’euro et le yen.

Facebook a par ailleurs mauvaise presse depuis plusieurs mois en raison de sa difficulté à garantir la protection des données personnelles de ses utilisateurs, un élément qui pourrait jouer contre lui dans le lancement du GlobalCoin.

Avec les informations de BBC News

Cryptomonnaies

Techno