•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du financement pour un projet de « foyers de soins sans murs »

Une femme discute avec des gens.

Suzanne Dupuis-Blanchard est professeure au campus de Moncton, en plus de s'occuper de la Chaire de recherche sur le vieillissement des populations et d'occuper le poste de directrice du Centre d'études du vieillissement de l'Université de Moncton.

Photo : Radio-Canada / Jessica Savoie

Jessica Savoie

Une chercheure de l'Université de Moncton reçoit 1,8 million de dollars pour l'élaboration d'un projet sur l'élargissement des services de soutien offerts aux personnes âgées. Ce financement est le tout premier annoncé d'une série d'octrois qui seront bientôt présentés dans l'ensemble du pays.

On avait annoncé la création d'une enveloppe spéciale (Nouvelle fenêtre) du gouvernement en juin dernier, d'un montant totalisant 75 millions de dollars.

Ce fonds vise à financer des projets de recherche à l'ensemble du pays, axés principalement sur des initiatives de recherche appliquée sur les effets du vieillissement au Canada.

La professeure de l'Université de Moncton Suzanne Dupuis-Blanchard s'est réjouie de savoir que son son initiative est la toute première à être retenue dans le cadre de ce projet.

Des gens donnent une conférence de presse.

Suzanne Dupuis-Blanchard, entourée des responsables des différents foyers de soins impliqués dans le projet.

Photo : Radio-Canada / Jessica Savoie

Au total, ce sont 1,8 million de dollars qui seront mis à la disposition de la chercheure pour la suite de ses travaux de recherche.

C'est accompagnée de son équipe qu'elle prévoit s'attaquer au problème du vieillissement dans la province du Nouveau-Brunswick.

Son projet, intitulé « Foyers de soins sans murs », visera à élargir le nombre de services de soutien offerts aux personnes âgées qui désirent demeurer à la maison.

Le but : que ces aînés reçoivent les mêmes soins et services que s'ils étaient établis dans une résidence pour personnes âgées.

C'est un peu les foyers de soins qui ouvrent leurs murs aux gens de l'extérieur, d'où le nom de l'initiative , explique la chercheure.

Les personnes âgées pourraient, par exemple, bénificier d'un moyen de transport pour se rendre aux rendez-vous médicaux, d'une aide au niveau de la gestion des médicaments ou tout simplement avoir quelqu'un pour les écouter et les soutenir dans ces années difficiles de leur vie.

Nous devons nous assurer que les services de soutien sont en place afin de pouvoir offrir des soins à nos aînés avec la même ardeur qu'ils ont eus toute leur vie pour prendre soin de nous, a déclaré la ministre provinciale du Développement social, Dorothy Shephard, lors de l'annonce.

C'est entourée de nombreux collègues et d'étudiants que Mme Dupuis-Blanchard s'est adressée à la foule pour l'explication de son projet.

On est persuadé que ce projet pilote démontrera que les foyers de soins, surtout ceux des régions rurales, peuvent élargir leur rôle et soutenir les aînés qui veulent vivre à leur domicile dans leur communauté , explique la professeure.

Rendre les services plus accessibles

Nombreux sont les aînés qui doivent emménager dans un foyer de soins, faute de proches pour s'occuper d'eux.

Une collaboration avec les foyers de soins et différents organismes en régions rurales permettrait d'offrir une meilleure qualité de vie à ces personnes âgées.

On entend souvent des personnes âgées nous dire que les services n'existent pas pour eux. Ils ne savent pas comment accéder aux soins qui sont là pour eux , souligne la chercheure.

L'initiative sera mise à l'essai dans quatre endroits de la province : aux Résidences Inkerman (à Inkerman), aux Résidences Lucien Saindon (à Lamèque), au Westford Nursing Home (à Port Elgin) ainsi qu'au Manoir Edith B. Pinet (à Paquetville). Les responsables de ces établissements se sont rendus à Moncton pour appuyer Mme Dupuis-Blanchard durant cette annonce.

La démographie du Nouveau-Brunswick fait qu'on est vraiment un endroit idéal pour ce type de recherche. On a la population des deux langues, une communauté rurale importante et en plus, une des populations les plus vieillissantes au pays , indique Suzanne Dupuis-Blanchard.

Elle soutient que le projet a déjà titillé l'intérêt national et qu'il pourrait ouvrir la voie à d'autres provinces qui voudraient emboîter le pas afin d'offrir, eux aussi, des services plus adéquats pour leurs aînés.

Nouveau-Brunswick

Soins et traitements