•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise du canola: le ministre de l'Agriculture de la Saskatchewan s'impatiente

Le ministre fait une mêlée de presse dans la rotonde du palais législatif à Regina.

Le ministre de l'Agriculture de la Saskatchewan, David Marit

Photo : CBC / Kirk Fraser

Marie-Christine Bouillon

Le ministre de l'Agriculture de la Saskatchewan, David Marit, est préoccupé de constater que les mesures d'aide aux producteurs de canola, annoncées par Ottawa le 1er mai, ne sont toujours pas mises en place. Il a d'ailleurs fait part de ses craintes, par écrit, à la ministre de l'Agriculture et Agroalimentaire Canada, Marie-Claude Bibeau.

« Si vous voulez en faire une priorité, ça devient une priorité », croit David Marit.

Selon lui, le gouvernement fédéral était au fait des conséquences de l’arrêt des exportations de canola canadien vers la Chine, dès le mois de mars, alors que la ministre Marie-Claude Bibeau et le ministre de la Diversification du commerce international, Jim Carr, étaient en visite à Saskatoon.

« Ils avaient reçu une lettre du premier ministre [Scott Moe] quelques jours avant [...]. Ils auraient pu avoir déjà entamé ce processus lors de l’annonce, en mai. Nous sommes inquiets de la possibilité de devoir attendre jusqu’en juillet », a lancé le ministre, lors d’un point de presse.

Selon lui, les fermiers qui n’ont toujours pas réussi à vendre leur canola ont besoin du soutien financier promis par Ottawa. Lui-même fermier, David Marit rappelle que la période d’ensemencement, qui est en cours, est l’une des plus coûteuses de l’année. Il soutient que c’est maintenant que le manque de liquidités se fait sentir.

« La solution à court terme, c’était celle-là. Ça aurait au moins enlevé un peu de pression. Les fermiers en ont assez sur les bras en ce moment avec les semailles. Dans certaines parties de la province, le temps est trop sec, ils ont d’autres préoccupations. Ils n’ont pas besoin de ça en plus », soutient-il.

« Notre gouvernement travaille jour et nuit », assure la ministre Bibeau

De son côté, la ministre de l’Agriculture et Agroalimentaire Canada assure que le gouvernement fédéral respectera son engagement et réitère la détermination de son ministère à soutenir les agriculteurs en ces temps difficiles.

« Nous voulons communiquer l’information aux producteurs afin qu’ils sachent, le plus tôt possible, quels seront les outils à leur disposition pour gérer leur trésorerie pendant la saison de croissance. Nous travaillons avec nos partenaires chargés de l’exécution du Programme et nous en dirons plus bientôt », indique Marie-Claude Bibeau par courriel.

Le ministère explique également qu’il y a plusieurs étapes à franchir avant que les modifications annoncées puissent être mises en œuvre.

Pendant ce temps, la ministre soutient qu'elle continue d’exprimer les préoccupations des Canadiens à ses homologues chinois afin que la situation se règle dans les plus brefs délais.

« Nous travaillons sans relâche pour régler le problème du canola avec la Chine et pour aider nos agriculteurs sur plusieurs fronts, y compris par l’intermédiaire du Groupe de travail du gouvernement du Canada sur le canola, qui se réunit une fois par semaine. Le Groupe rassemble l’industrie et les provinces des Prairies pour mettre sur pied des stratégies afin de résoudre le problème d’accès au marché, de diversifier les marchés, et de soutenir le secteur », rappelle Marie-Claude Bibeau.

Par ailleurs, le Programme de paiements anticipés, qui offre des avances de fonds à faible taux d’intérêt à l’ensemble des producteurs agricoles, doit être bonifié de manière à ce que la limite des prêts atteigne désormais 1 million de dollars. De ce montant, 500 000 $ pourront être avancés sans intérêts aux producteurs de canola.

Saskatchewan

Politique fédérale