•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cartographier les incidents de vélos pour mieux les prévenir

Une roue de bicyclette est attachée à son cadenas, mais le reste du vélo a été emporté par un voleur à l'Université de Winnipeg.
Il ne reste qu'une roue à cette bicyclette volée à l'Université de Winnipeg. Photo: Radio-Canada / Brett Purdy
Radio-Canada

Les accidents et vols de vélos sont récurrents à Winnipeg, mais les données sur le sujet sont limitées. Des initiatives naissent sur la toile pour inciter les cyclistes à les recenser sur des cartes interactives et ainsi améliorer leur sécurité.

Si on ne sait pas où sont les endroits dangereux pour les personnes qui font du vélo, on ne peut pas faire les améliorations. C’est pour ça qu’on a construit cette carte, déclare Karen Laberee, la directrice générale de Bike Maps.

Bike Maps est une carte en ligne qui recense les collisions, les vols, voire les nouvelles infrastructures mises en place pour les cyclistes. Le site web fonctionne sur une base volontaire et les usagers sont invités à partager leurs expériences.

On espère que beaucoup de gens qui font du vélo regardent la carte et l’utilisent, s'ils voient un danger ou une collision, ils vont le rapporter, indique Karen Laberee.

Anders Swanson, directeur général de Winnipeg Trails, est un cycliste accompli et compte sur ce nouvel outil pour accroître la sécurité.

Le directeur général de Winnipeg Trails en entrevue sous un parapluie.La pluie ne décourage pas le directeur général de Winnipeg Trails, Anders Swanson, d'utiliser son vélo, mais il est conscient des risques que pédaler à Winnipeg comporte. Photo : Radio-Canada

On pourrait faire un grand cercle autour de Winnipeg en disant que c’est un hot spot, constate Anders Swanson.

Il explique que le questionnaire qu’il faut remplir pour reporter un incident est plutôt technique et permet de dresser un portrait complet de la situation.

On peut identifier les hot spots, on a pu faire changer les choses dans des villes avec ces informations, soutient-il.

Les fondateurs du site travaillent en effet avec des ingénieurs et des chercheurs d’un peu partout au pays, qui réutilisent ces bases de données. Le site est par ailleurs financé en partie par l’Agence de la santé publique du Canada.

Le fléau du vol de vélo

D'autres initiatives issues des nouvelles technologies ont vu le jour comme l'application Garage 529, conçue à Vancouver, qui consiste à créer une communauté de surveillance en ligne pour réduire le nombre de vols.

Les utilisateurs peuvent enregistrer leurs vélos dans une base de données à laquelle les services de police, les municipalités, les commerces et les associations peuvent avoir accès.

Au total, une quarantaine de villes, dont Ottawa, sont partenaires de l'application. Au Manitoba, seule la police de Brandon l'utilise.

La ville de Winnipeg elle, envisage de rendre obligatoire l’enregistrement des vélos à l'achat.

En attendant, les vols de vélos continuent d'être un fléau de la capitale manitobaine.

Avec les informations de Pierre Verrière

Manitoba

Cyclisme