•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le compte Twitter de TLMEP remis en service après avoir été signalé par un internaute

Omar Khadr, lors de son passage à « Tout le monde en parle »

Omar Khadr, lors de son passage à « Tout le monde en parle »

Photo : Avanti Groupe / Omar Khadr

Radio-Canada

Tout le monde en parle continue de faire jaser, malgré une pause estivale. Son compte Twitter a été remis en service samedi après avoir été suspendu, apparemment en raison de démarches entreprises par un internaute mécontent du passage d'Omar Khadr à l'émission, en avril dernier.

La situation a été constatée vendredi par des membres de l’équipe de l’émission. « Ce compte a été suspendu », pouvait-on simplement lire lorsqu'on tentait d'accéder à la page Twitter de l'émission.

Un utilisateur de Twitter qui prétend être à l’origine du signalement qui a mené à la suspension du compte affirme que Radio-Canada a fait « l’apologie du terrorisme » en invitant Omar Khadr à l’émission.

Accusé d’avoir tué un soldat américain alors qu'il avait 15 ans et détenu à la prison de Guantanamo pendant des années, le Canadien était présent pour raconter sa longue bataille juridique, lui qui vient d’obtenir en mars dernier sa pleine liberté.

Directement interpellé par ce détracteur de son émission sur Twitter, l’animateur Guy A. Lepage a répondu que ce problème allait être réglé rapidement. Le compte est finalement réapparu en ligne dimanche, Twitter admettant l'avoir suspendu « par erreur ».

« Le compte a été rétabli, a confirmé Cam Gordon, de Twitter Canada. Il avait été suspendu par erreur, dans le cadre de notre surveillance quotidienne du contenu qui ne respecte pas les règles. Nous avons depuis corrigé cette erreur. »

Selon la consultante en communications numériques Nellie Brière, comme le compte de l'émission ne portait pas de badge bleu qui signifie que l'identité de l'utilisateur est certifiée par Twitter, il a probablement été désactivé peu après avoir été signalé, sans que son contenu soit vérifié.

« Les plateformes comme [Twitter] sont débordées, [elles] vont systématiquement suspendre les comptes signalés en attendant qu'ils soient vérifiés », a-t-elle expliqué.

Télé

Arts