•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le marin disparu en mer près des Escoumins faisait une manœuvre risquée

Le bateau-pilote Grandes eaux de la Garde côtière à la recherche du membre d'équipage du Maersk Patras tombé à la mer.

Le bateau-pilote Grandes eaux de la Garde côtière à la recherche du membre d'équipage du Maersk Patras tombé à la mer.

Photo : Alain James Rioux Dubé

Radio-Canada

Une enquête de la Fédération internationale des ouvriers du transport conclut que le marin sri lankais disparu dans les eaux du fleuve près des Escoumins, dimanche, faisait une manœuvre risquée avant de tomber par-dessus bord.

Le marin serait tombé à l'eau alors qu'il manipulait une barre de sécurage haute de quatre mètres pesant la moitié de son poids.

Selon la Fédération internationale des ouvriers du transport, ces manœuvres de sécurage et de désécurage, qui consistent à barrer et débarrer les conteneurs, ne sont pas censées être accomplies ailleurs qu'au port de Montréal, lorsque les bateaux sont immobilisés.

Mais toujours selon l’organisme, l'équipage des navires recevrait souvent de la pression de la part des employeurs afin qu'ils commencent ces manœuvres avant d’atteindre Montréal, parfois en plein milieu du golfe du Saint-Laurent.

Comme on a vu dimanche, l'accident est arrivé dans des eaux que Transport Canada a nommé "sécuritaires". On a fait des investigations pendant des années, et dans le monde maritime, sur les bateaux étrangers, les marins, il y a presque un code d’omerta. Ils savent que s'ils font des plaintes, ils vont se faire laisser au prochain port et ils vont embaucher quelqu'un d’autre qui va le faire, rapporte un inspecteur de la Fédération internationale des ouvriers du transport, Vincent Giannopoulos.

Transport Canada poursuit son enquête pour déterminer les circonstances de la chute du travailleur sri lankais.

Le corps du travailleur sri lankais de 31 ans n'a toujours pas été repêché.

Avec les informations de Marie-Jeanne Dubreuil

Côte-Nord

Accident de travail