•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 50 ans, John Lennon et Yoko Ono donnaient une chance à la paix lors du bed-in

    Radio-Canada

    Du 26 mai au 2 juin 1969, John Lennon et Yoko Ono revendiquent la paix dans une suite de l'hôtel Le Reine Elizabeth à Montréal. Le chanteur des Beatles et son épouse reçoivent des centaines de journalistes pour faire connaître leur point de vue sur la guerre du Vietnam. Le bed-in pour la paix se conclut par l'enregistrement de la chanson Give Peace a Chance. Radio-Canada a de nombreuses fois souligné l'événement par des reportages et des entrevues.

    Le couple Lennon-Ono fait l'expérience d'un bed-in pour la paix pour la deuxième fois cette année-là. Le premier événement du genre a lieu au printemps 1969, quelques jours après son mariage à Gibraltar.

    Aux dires du « Beatles intéressant », comme le surnomment certains journalistes, « si tout le monde restait au lit pendant une semaine entière, il n'y aurait plus de guerre ».

    Garder l’essence d’une suite légendaire

    Aujourd’hui, 26 mai 2004

    Dans un reportage de l'émission Aujourd'hui du 26 mai 2004, la journaliste Julie Marcoux se rend au prestigieux hôtel Reine Elizabeth pour visiter le lieu du célèbre bed-in. Elle y rencontre le chanteur Joël Denis qui était présent dans la chambre lors de cet événement historique. Ce dernier garde un bon souvenir de l’interprète des Beatles :

    Un moment donné, il se met à sauter partout, il dirigeait ses caméras […] il était cabotin, il était le fun, il était fin. Sa femme était très calme, elle le regardait en voulant dire : vas-y mon petit John, amuse-toi!

    Joël Denis, chanteur

    La suite 1742 reste un symbole pour les fans de John et Yoko. À la commémoration du 35e anniversaire, l’hôtel Reine Elizabeth offrait un forfait fantaisiste à près de 2000 $ pour ceux qui souhaitaient revivre le bed-in l’espace d’une journée. L’hôtel avait également organisé une exposition avec des photos de l’événement vendues à 2000 $ l’unité. Une partie des profits étaient remis à Amnistie internationale.

    Ils nous demandent : Est-ce que c’est le même tapis? Est-ce que c’est le même matelas? C’est sûr que la suite a été rénovée au fil des ans.

    Joanne Papineau, Directrice des relations publiques de l'hôtel Fairmount Le Reine Elizabeth

    La chambre est restaurée en 2017, et des objets historiques y sont ajoutés. Des photos du couple ornent les murs. Il en coûte désormais 3550 $ la nuit pour y dormir.

    Remixer les voix pour la paix

    24 heures en 60 minutes, 26 mai 2009

    Le 1er juin 1969, le couple est entouré entre autres du musicien et humoriste Tommy Smothers ainsi que d'une cinquantaine d'adeptes de Hare Krishna. Quelques phrases sont écrites sur les murs, dont les mots « Give peace a chance ». Lennon se met à chanter, accompagné de tous ceux qui se trouvent dans la chambre. Derrière cet hymne à la paix, connu à travers le monde pour son côté bon enfant et spontané, se cache en réalité un grand travail de mixage sonore.

    À l’émission 24 heures en 60 minutes du 26 mai 2009, André Perry, qui a enregistré la chanson pour John Lennon, raconte ses souvenirs à l’animatrice Anne-Marie Dussault.

    Selon l’ingénieur du son, les conditions d’enregistrement étaient « absolument minables » en raison de l’emplacement. Il n’y a cependant pas que l’acoustique à ce moment-là qui sonnait faux, comme l'explique André Perry :

    L’enregistrement s’est passé dans le désordre, il y avait 40 personnes, peut-être 50, mais finalement il y en avait peut-être juste 20 qui chantaient comme du monde. (Rires)

    André Perry, ingénieur du son et propriétaire des studios Perry

    Le matériel était inemployable. Il fallait faire quelque chose.

    Gêné de présenter cet extrait, André Perry donne un coup de fil à huit amis afin de reproduire l’ambiance de la chambre. Ensemble, ils retravaillent le document sonore.

    Son énergie qu’on entend sur le disque, c’est quand même lui, ce n’est pas retouché, tout ça; mais les voix et les rythmes, c’était inutilisable.

    André Perry, sonorisateur

    Lorsqu’il présente le fruit de son travail à John Lennon le lendemain, celui-ci est enchanté par la nouvelle version. Lennon reconnaîtra le professionnalisme d’André Perry en mentionnant l’adresse de son studio sur le disque, chose qu’il n’avait pas l’habitude de faire et qu’il n’a jamais refaite par la suite.

    Coup de publicité ou réel engagement pour la paix? Encore aujourd'hui, les avis sont partagés sur cet événement orchestré.

    Commentaires fermés

    L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

    Archives

    Arts