•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Brian Pallister laisse entendre que des élections pourraient avoir lieu cet automne

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, porte un  costume-cravate et a la tête tournée vers la gauche lors d'un discours.
Brian Pallister a déjà dit qu'il informerait à l'avance les autres partis de la tenue d'élections anticipées, mais au début du mois, il a laissé entendre que des spéculations dans les médias pourraient déjà les avoir prévenus. Photo: La Presse canadienne / Paul Chiasson
Radio-Canada

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a dit à demi-mot que les Manitobains éliront un nouveau gouvernement provincial cet automne.

« Je respecte le droit de décision des Manitobains et je le démontrerai un peu plus tard cette année », a-t-il dit vendredi, lors d'un déplacement à Brandon.

L’homme politique a reconnu que la suggestion d'un chroniqueur du National Post d'organiser un vote en septembre ou en novembre, afin de ne pas nuire aux élections fédérales d'octobre était pertinente.

Cependant, il refuse toujours de donner une date précise.

« Oui, absolument », a répondu Brian Pallister lorsque les journalistes ont cherché à savoir si les élections se dérouleraient à l'automne ou au printemps.

Les règles électorales provinciales prévoient une période de campagne de 28 jours dans le cas d'une élection fixe, ou une campagne électorale de 28 à 34 jours dans le cas où la date prévue des élections est changée . À l’heure actuelle, les élections sont prévues pour le 6 octobre 2020.

Il ne reste plus que 28 jours avant la fin du printemps et Brian Pallister a déjà dit vouloir éviter de tenir des élections aux printemps 2020, ce qui coïnciderait avec le 150e anniversaire du Manitoba.

« Le but n’est pas de déclencher une élection rapide et de surprendre tout le monde », ajoute Brian Pallister.

Il a également dit qu'il informerait à l'avance les autres partis de la tenue d'élections anticipées, mais au début du mois, il a laissé entendre que des spéculations dans les médias pourraient déjà les avoir prévenus.

« S'ils ne peuvent même pas organiser leur propre campagne politique et leur propre parti politique, ce n'est pas une très bonne indication de leur capacité à travailler au profit des Manitobains », affirme-t-il.

Manitoba

Politique provinciale