•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Il n'y aura pas que des épinettes sur leur chemin » - François Gagné, opposé au projet Gazoduq

Un homme et deux femmes sont assis derrière une table durant un point de presse.

Un regroupement de citoyens du quartier D'Alembert, à Rouyn-Noranda, s'est formé afin de lutter contre le projet de l'entreprise Gazoduq.

Photo : Radio-Canada / Lise Millette

Lise Millette

Des citoyens du quartier D'Alembert de Rouyn-Noranda s'organisent contre le projet de Gazoduq. Après une soirée de consultation où plusieurs citoyens mobilisés s'étaient présentés, Gazoduq a mis un terme aux autres séances du même genre, préférant rencontrer à la pièce les propriétaires touchés par le tracé projeté.

Le 14 mai dernier, des invitations avaient été envoyées à des « citoyens privilégiés », affirme Julie Côté, résidente de D'Alembert. Privilégiés parce qu'ils se trouvent sur le tracé privilégié par l'entreprise, a-t-elle expliqué en conférence de presse.

Mme Côté n'a pas eu cette lettre d'invitation. Le tracé projeté passerait sur le terrain de sa voisine, qui elle, a reçu la lettre. Elle a invité sa voisine à l'accompagner, mais Julie Côté s'est sentie exclue de cette démarche.

Je me sens coincée. Je n'ai pas été invitée personnellement, mais ça passe en arrière de chez nous, 20 mètres feront la différence. J'ai l'impression que tous les gens qui, comme moi, sont autour du projet, ne le connaissent pas et ne savent même pas que ça va passer ici, a-t-elle déploré.

Le co-porte-parole du comité de citoyens embryonnaire, François Gagné, estime que l'entreprise, malgré la présence de citoyens mobilisés, a pu livrer son message, mais il affirme aussi que les citoyens qui s'opposent ont peu d'options et que leurs questions restent lettre morte.

Un propriétaire a demandé "qu'est-ce ce qui arrive si je ne veux pas que ça passe chez nous?" Ils lui ont dit "il y a l'Office national de l'énergie et vous pourrez vous défendre devant cette instance". Dans le fond, c'est de dire que ça va passer et qu'il y a une grosse machine à Ottawa où aller se défendre. Eh bien, passer leurs tuyaux, ce ne sera pas une marche dans le parc! Contrairement à ce qu'ils pensent, il n'y aura pas que des épinettes dans le chemin. Il y aura des gens.

Le comité déplore aussi que malgré la période de consultation, les élus du gouvernement de la Coalition avenir Québec semblent avoir scellé le projet. Jeudi, le ministre des Finances Éric Girard se trouvait an Alberta et a qualifié le projet de GNL-Québec, là où aboutirait le pipeline de Gazoquq, de projet « gagnant-gagnant » pour l'Alberta et le Québec, d'une valeur de 14 milliards de dollars.

Une quarantaine de personnes écoutent une présentation de l'entreprise Gazoduq.

18 propriétaires de D'Alembert, Cléricy et Mont-Brun avaient été invités à une rencontre le 14 mai, mais le mot s'est passé et une quarantaine de citoyens se sont présentés à la rencontre. (archives)

Photo : Radio-Canada / Émilie Parent Bouchard

L'autre co-porte-parole du comité citoyens de D'Alembert, Annick Langlois, estime que l'acceptabilité sociale du projet n'est pas gagnée.

Il n'y a pas plus d'acceptabilité sociale pour ce projet qu'il y en avait pour Énergie-Est. On parle de 7 millions de tonnes de GES par année en lien avec ce projet. À l'heure où on se fait alerter par le GIEC qu'il nous reste deux ans pour renverser la vapeur, c'est inconcevable qu'un projet comme ça d'hydrocarbures voie le jour, a-t-elle affirmé.

Les citoyens présents pour l'annonce de ce nouveau comité restent avec le goût amer d'appartenir à une région déjà acquise et où la population n'est pas considérée à sa juste valeur.

Entre l'Abitibi et le Saguenay, il n'y a pas grand-chose. Des propriétaires, il y en a environ 200, c'est beaucoup moins que pour le tracé que représentait le projet Énergie-Est. C'est humainement possible de signer 200 propriétaires de gré à gré. Je crois que c'est le calcul qui a été fait, affirme François Gagné.

Le tracé du projet Énergie-Est de TransCanada concernait environ 2000 propriétaires selon la documentation déposée en 2015 pour fins de consultations publiques.

Le nouveau comité souhaite fournir une information indépendante pour le projet Gazoduq « et non pas que le côté doré », a souligné Annick Langlois. Pour le moment, les citoyens recrutent, s'organisent et réfèrent les personnes désireuses d'en savoir plus vers la page Facebook Gazoduq Parlons-en.

Abitibi–Témiscamingue

Ressources naturelles