•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une vidéo manipulée de Nancy Pelosi devient virale

Nancy Pelosi est au micro avec le drapeau américain en toile de fond.

La démocrate Nancy Pelosi est présidente de la Chambre des représentants aux États-Unis.

Photo : The Associated Press / J. Scott Applewhite

Radio-Canada

Une vidéo manipulée montrant la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, en train de bredouiller avait été partagée des millions de fois vendredi sur les réseaux sociaux. Cependant, Facebook refuse d'imiter YouTube, qui a enlevé la vidéo en question de sa plateforme.

Selon une analyse des journalistes de l'AFP, cette vidéo dans laquelle Nancy Pelosi semble s'exprimer avec difficulté a été ralentie à environ 75 % de sa vitesse normale, ce qui lui donne une élocution pâteuse.

Une version de cette vidéo manipulée publiée par le site conservateur Politics WatchDog a été vue plus de 2,3 millions de fois sur Facebook et circulait aussi largement sur YouTube et Twitter.

Dans leurs commentaires, des internautes décrivaient Mme Pelosi comme ivre, suggéraient qu'elle avait pris des médicaments ou avait eu un AVC.

Des manipulations plutôt simples

Selon le Washington Post, qui a révélé la manipulation, le ton de la voix de Nancy Pelosi a aussi été modifié pour dissimuler le fait que la vidéo était ralentie.

Afin probablement de corriger le fait que ce changement de vitesse rendrait sa voix plus grave, la vidéo semble aussi avoir été modifiée pour changer son ton, afin de ressembler davantage à celui qu'elle a naturellement, selon le quotidien.

L'émergence des vidéos hypercontrefaites (deep fake videos) soulève des inquiétudes. Toutefois, ces images de Nancy Pelosi montrent qu'une vidéo manipulée de manière moins sophistiquée, sans recours à l'intelligence artificielle, peut tout de même réussir à produire un fort effet. Les modifications apportées à cette vidéo peuvent être réalisées avec un simple téléphone intelligent.

Retirée de YouTube, mais pas de Facebook

Si YouTube a décidé de supprimer la vidéo de sa plateforme, Facebook a refusé de la retirer. Le réseau social a plutôt choisi de réduire sa visibilité sur le fil de nouvelles des utilisateurs et d'ajouter un lien vers un site indépendant de vérification des faits qui spécifie que la vidéo est trompeuse.

La vidéo sera donc probablement moins regardée, mais elle continuera de pouvoir être vue.

Facebook a expliqué sa décision au journal britannique The Guardian en mettant en avant son souci de trouver un juste équilibre en matière de respect de la liberté d'expression. Nous croyons que nous atteignons cet équilibre en rétrécissant la distribution du contenu non authentique, a indiqué un porte-parole de Facebook.

« Ce n'est pas parce que quelque chose est autorisé sur Facebook qu'il doit être distribué. En d'autres mots, nous autorisons les gens à le publier, comme une forme d'expression, mais nous n'allons pas le mettre en premier sur le fil de nouvelles. »

Une vidéo au service d'une guerre politique

Les images de Nancy Pelosi ont visiblement été tirées de son intervention lors d'une conférence à Washington mardi, où elle a de nouveau accusé Donald Trump de faire entrave à la justice et d'être engagé dans une opération de dissimulation en refusant de coopérer aux enquêtes parlementaires lancées par les démocrates. Elle a aussi qualifié les actes du président américain de potentiellement passibles de destitution, selon la vidéo originale publiée en ligne par la chaîne C-SPAN.

La vidéo ralentie de Nancy Pelosi, souvent considérée comme la bête noire des républicains, a été notamment partagée sur Twitter par l'avocat du président, Rudy Giuliani, qui a ensuite supprimé son message.

Une guerre ouverte oppose la politicienne démocrate à Donald Trump, qui l'a qualifiée de Nancy la folle et l'accuse d'avoir perdu la tête.

Avec les informations de Agence France-Presse, The Guardian, et NBC

Internet

Techno