•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avant le retour de l'hiver, s'outiller pour transmettre la passion du ski de fond à Forestville

Une jeune skieuse à la tuque multicolore s'élance sur une piste de ski de fond.

Jeunes et moins jeunes peuvent partager les plaisirs du ski de fond.

Photo : Gracieuseté école St-Luc.

François Robert

En attendant la prochaine saison de ski, le club de ski de fond Les éclairs plein d'air de Forestville se dote de nouveaux outils pour permettre à davantage de personnes de partager le plaisir de skier.

Une nouvelle motoneige et un nouveau traceur aideront à l’entretien d’un parcours de 2,2 km aménagé à proximité de l’école Saint-Luc et de la Polyvalente des Rivières.

C’est le professeur d’éducation physique de l’école Saint-Luc de Forestville, Gino Jean, qui est l’initiateur du club de ski de fond Les éclairs plein d’air.

L’appellation Les éclairs plein d’air fait écho au club de ski de fond de Forestville qui se nomme Le Plein d’air.

Au départ, Gino Jean a démarré un petit club parascolaire où les jeunes peuvent s’adonner au cross-country, au mini-volleyball et au ski de fond, notamment.

Étant donné que je suis un des fondateurs du Boréale Loppet, quand j’ai traversé ici au primaire, j’ai continué le ski de fond qui est ma passion, explique Gino Jean. J’ai commencé avec rien : des vieux skis des années 70, les bottes avec trois trous… des équipements désuets.

Départ de l'une des courses de la journée.

Le moment du départ offre un spectacle impressionnant.

Photo : Boréal Loppet

Puis, avec l’appui de la direction, des équipements neufs ont été achetés, à raison d’environ cinq par année jusqu'à un total de 36 paires de ski aujourd'hui.

Avec ces équipements, les jeunes de l’école peuvent participer à une activité parascolaire d’entraînement au ski de fond. Plusieurs s’entraînent d’ailleurs en vue de participer au Boréal Loppet qui se tient à Forestville.

Des jeunes avec leurs skis et leur dossard du Boréal Loppet.

Des jeunes de l'école Saint-Luc qui font partie du Club les éclairs Plein d'Air ont participé au Boréal Loppet.

Photo : Gracieuseté école St-Luc.

Dans mon équipe de jeunes, on sait très bien que l’on est dans un milieu défavorisé avec une école cotée 10… il y a des parents qui n’ont pas de sous pour acheter des skis pour aller skier avec leurs enfants, note Gino Jean. Et moi dans mon projet, j’ai inclus une flotte de skis adultes pour les parents qui vont vouloir aller faire du ski avec leurs enfants.

Montage financier du projet de près 44 000 $

Les principaux contributeurs sont :

  • MRC Haute-Côte-Nord : 32 356 $
  • École Saint-Luc : 1000 $
  • Polyvalente des Rivières : 1000 $
  • Fondation de la Commission scolaire de l'Estuaire : 1000 $
  • Boréal Loppet : 1000 $
  • Club de ski de fond Plein d'Air : 1000 $
  • Ville de Forestville : 500 $
  • Centre d'études collégiales : 500 $

Les skis seront entreposés dans un cabanon à côté du Centre de formation professionnelle de Forestville.

Il est présentement en fabrication par des élèves du Centre de formation professionnelle.

C’est le cadre d’entretien général du meuble qui se donne à Pessamit, c’est vraiment les élèves innus de Pessamit qui font la construction du cabanon , précise Nancy Ouellet, agente de développement Intervention en milieu défavorisé à la Commission scolaire de l’Estuaire qui a participé à la rédaction des demandes de subventions du projet.

Des élèves sur une piste de ski de fond.

Des élèves de l'école Saint-Luc de Forestville découvrent de plus en plus les joies du ski de fond.

Photo : Gracieuseté école St-Luc.

Le cabanon sera chauffé et les skieurs pourront y chausser leurs bottes au chaud. De là, ils ne seront qu’à quelques pas de la piste d’athlétisme derrière la Polyvalente des Rivières où commence la piste de 2,2 km.

Quatre vélos à pneus surdimensionnés seront aussi disponibles.

Un participant à la course de vélo à pneus surdimensionnés lève les bras alors qu'il s'apprête à franchir la ligne d'arrivée.

Un participant à la course de vélo à pneus surdimensionnés s'apprête à franchir la ligne d'arrivée du Boréal Loppet.

Photo : Radio-Canada / Boréal Loppet

Les personnes à mobilité réduite n’ont pas été oubliées.

Je vois des personnes l’été qui se promènent en fauteuil roulant et l’hiver qui sont confinées dans leur appartement et qui ne sont pas capable de rien faire, se désole Gino Jean. Un dispositif avec une chaise sur ski propulsé par quelqu’un à l’arrière sera aussi disponible.

GinoJean a entraîné plusieurs jeunes à Forestville dans cette belle folie du ski de fond. Ses élèves et lui ont déjà hâte de voir revenir la neige et de pouvoir recommencer à skier.

Côte-Nord

Sports et loisirs