•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dynamitage qui a mal tourné à Ascot Corner : l'entreprise était dans la mire de la CNESST

Lucie Huard montre une des roches qui ont été projetées derrière son ancien appartement à plusieurs mètres du site de dynamitage.

Lucie Huard montre une des roches qui ont été projetées derrière son ancien appartement à plusieurs mètres du site de dynamitage.

Photo : Radio-Canada / Martin Bilodeau

Radio-Canada

L'entreprise Dynamitage Desrochers, qui était responsable de l'opération de dynamitage qui a mal tourné à Ascot Corner jeudi, n'en est pas à sa première infraction.

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST) a confirmé qu'elle avait cette entreprise dans sa mire. Des constats ont déjà été émis à cet entrepreneur. À la CNESST, quand il y a des constats d'émis, on suit la situation de près. Des visites de nos inspecteurs sont plus fréquentes, indique la porte-parole de la CNESST en Estrie, Julie Fournier.

Cette dernière affirme qu'il n'y aura pas de dynamitage de fait par cette entreprise tant qu'on n'aura pas établi les méthodes de dynamitage qui étaient à effectuer.

L'enquête de la CNESST pourrait durer encore quelques jours.

La direction de Dynamitage Desrochers n'a pas donné suite aux demandes d'entrevue de Radio-Canada.

L’incident s’est produit un peu après midi, jeudi, au coin de la route 112 et du chemin Galipeau. Certains projectiles avaient la taille d’un ballon de football.

Heureusement, personne n'a été blessé, mais des voitures ont été fortement endommagées.

Une pierre sur un comptoir. de cantine.

La propriétaire du restaurant chez Mom, Line Moreau, dit avoir eu toute une frousse, elle qui a conservé un des « projectiles » trouvé devant la bâtisse.

Photo : Radio-Canada / Martin Bilodeau

Estrie

Accidents et catastrophes