•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Femme enceinte tuée devant le CHUL : « Tu ne dois pas conduire », aurait dit le médecin à l'accusé

B0C26369-2160-41C2-AE97-E6197C5749F5
Jonathan Falardeau-Laroche, accusé d’avoir heurté mortellement Marie-Pier Gagné Photo: Radio-Canada / Daniel Coulombe
Yannick Bergeron

Le médecin traitant du jeune homme épileptique qui a heurté mortellement Marie-Pier Gagné devant le Centre hospitalier de l'Université Laval (CHUL), en août 2016, jure qu'il avait avisé son patient de ne plus prendre le volant.

Le docteur Michel Sylvain est le témoin clé au procès de Jonathan Falardeau-Laroche, accusé de négligence criminelle causant la mort de la femme enceinte de 40 semaines et des lésions à sa fillette, née dans ces circonstances tragiques.

La femme de 27 ans sortait d'un suivi de grossesse alors que l'accusé venait de rencontrer son neurologue traitant à la suite d'une récidive de ses symptômes épileptiques.

Le docteur Sylvain affirme avoir été très clair avec son patient de 22 ans lors de cette rencontre du 10 août 2016.

« Jonathan, tu ne dois pas conduire, tu ne peux pas conduire », aurait dit le médecin avec fermeté.

« Déçu »

Selon le neurologue, Falardeau-Laroche s'est montré déçu, confirmant qu'il avait bien compris la consigne.

D'ailleurs, selon le médecin, l'accusé qu'il suivait depuis l'âge de 9 ans avait toujours suivi ses recommandations.

Il affirme avoir souvent abordé la question de la conduite automobile avec lui.

« L’épilepsie et la conduite automobile sont incompatibles », a répété le neurologue, disant avoir commencé à aborder cette question avec Jonathan quand il avait 13 ans.

« J’aime beaucoup ce garçon et je l’aime encore. Ce n’est pas normal pour moi de venir ici témoigner contre un de mes patients », a souligné le neurologue pédiatrique.

Marie-Pier GagnéMarie-Pier Gagné Photo : Facebook

La défense conteste

Le témoignage du médecin est pris sous réserve par le juge Pierre L. Rousseau.

L'avocat du jeune conducteur veut le faire exclure de la preuve et demande même un arrêt des procédures.

Me Simon Roy estime que son client, maintenant âgé de 25 ans, n'a pas droit à une défense pleine et entière.

Dans sa requête, Me Roy reproche au médecin de ne pas avoir conservé ses notes manuscrites prises lors de la rencontre avec son patient.

Après le drame, le Dr Sylvain a dicté un rapport verbal qui a été conservé sept jours aux archives du CHUL, comme le veulent les procédures administratives.

Dans sa requête, Me Roy souligne que la destruction des notes manuscrites par le médecin, qui est alors au fait de l'accident, « est des plus surprenante ».

Son client nie avoir été avisé par le neurologue pédiatrique de ne plus utiliser son véhicule.

L'automobiliste fautif, qui conduisait une petite voiture blanche, a été hospitalisé.La jeune femme a été heurtée devant le centre commercial Laurier Québec. Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Autre témoin

Le premier témoin appelé par la poursuite est un technicien en scène de crimes de la police de Québec. Denis Turcotte s'est rendu sur place dans les minutes suivant la collision qui a coûté la vie à Marie-Pier Gagné.

Selon ses analyses, le véhicule de l'accusé est passé sur le terre-plein central, devant le CHUL, sur une distance de 86 mètres pour ensuite happer la victime.

Le policier Turcotte a expliqué la scène à l'aide d'un album de 165 photos prises sur place.

Deux autres accidents

La poursuite entend mettre en preuve qu'en raison de son état de santé, Jonathan Falardeau-Laroche avait été impliqué dans deux autres accidents précédemment.

Thomas Jacques, procureur pour le Directeur des poursuites criminelles et pénalesThomas Jacques, procureur pour le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) Photo : Radio-Canada

Vêtu d'un veston foncé et d'une chemise blanche, Jonathan Falardeau-Laroche suit le début de son procès en compagnie de sa mère.

Une douzaine de proches de Marie-Pier Gagné, dont son père, assistent au procès. Ce dernier a confirmé que sa petite-fille qui aura 3 ans le 10 août se porte bien et n'a pas de séquelle physique de l'événement.

Québec

Justice et faits divers