•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Climat : Dominic Champagne au conseil général de la CAQ pour « contribuer »

M. Champagne est entouré d'enfants et de quelques élus municipaux.

Dominic Champagne a participé à une plantation d'arbres, vendredi, à Sainte-Julie, en Montérégie, en présence de la mairesse Suzanne Roy (à gauche) entre autres. Il offre 2000 arbres par année à la municipalité.

Photo : Radio-Canada

Bernard Barbeau

C'est « en homme de bonne volonté » et « en espérant souffler dans la voile de ceux qui sont au pouvoir » que le metteur en scène Dominic Champagne, qui a mis sa carrière en veilleuse pour se consacrer à temps plein à la cause environnementaliste, va participer en fin de semaine à Montréal au conseil général de la Coalition avenir Québec (CAQ), dont il est maintenant membre en bonne et due forme.

Sa présence comme panéliste est notamment justifiée par le thème de l’événement : « Pour une économie verte ».

« Il y a un parti qui est au pouvoir présentement à Québec. C’est eux qui écrivent les lois, c’est eux qui font les gros chèques, qui décident des investissements, des subventions, de l’intérêt public », a-t-il expliqué vendredi en entrevue à ICI RDI, pour expliquer son adhésion à la CAQ.

Il y a quelque chose qui est en train de cheminer dans la pensée politique du gouvernement et de la CAQ. Indéniablement, la CAQ ne serait pas en congrès sur l’environnement en fin de semaine s’il n’y avait pas eu cette importante mobilisation des citoyens depuis des mois.

Dominic Champagne, metteur en scène et environnementaliste

Il faisait notamment référence au Pacte pour la transition, dont il est l'instigateur, mais aussi aux nombreuses manifestations tenues par des jeunes de partout au Québec, au Canada et dans le monde.

« Je suis content de constater que la mobilisation à laquelle j’ai contribué depuis des mois fait en sorte que le parti au pouvoir se met en mode rattrapage, a-t-il affirmé. Eux-mêmes, ils ont convenu que l’environnement était l’angle mort de la CAQ. »

« Il est important qu’on soit tous et toutes unis pour le climat, a plaidé M. Champagne. Je pense que ça ne devrait pas être un terrain de division, de dissension. »

« Or, rapidement, quand on parle de réchauffement climatique, on essaie de pourfendre les écologistes comme s’ils étaient contre l’économie, a-t-il regretté, alors que l’urgence est telle qu’il faut être à l’écoute de ce que la science nous dit, de ce que la nature nous dit de plus en plus. »

« Et l’urgence, c’est quoi? C’est atteindre nos cibles de réduction. Il faut réduire de moitié nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. C’est donc dire 10, 12 ans – 10, 12 ans, ça, c’est deux, trois mandats de la CAQ », a fait valoir l’homme de théâtre.

Dominic Champagne a insisté sur son désir d’influencer le gouvernement de François Legault de façon bien concrète et constructive, assurant qu’il s’agit d’une stratégie réfléchie et non d’un coup d’éclat.

Je ne m’en vais pas là pour faire mon show, pour hacker le congrès de la CAQ, mais vraiment pour contribuer, prendre le pouls, échanger aussi avec les militants de la CAQ, sachant à quel point on est dans une situation d’urgence.

Dominic Champagne, metteur en scène et environnementaliste

« Je mets au défi le premier ministre Legault d’annoncer d’ici la fin des classes une mesure qui va rassurer les étudiants qui ont pris la rue depuis des mois en réclamant que les gouvernements posent des gestes concrets pour la suite du monde, pour faire face au dérèglement climatique, a-t-il dit. Une seule mesure d’ici la fin des classes. »

Plan rapproché de M. Charrette.

Le ministre caquiste Benoit Charette s'est dit prêt à discuter avec Dominic Champagne.

Photo : Radio-Canada

Des moyens concrets d'atteindre les objectifs

Le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, voit « une belle occasion d’échanges » dans la présence de M. Champagne au conseil général.

« Il sera sur un panel, oui, mais il est d’abord là comme membre et, comme tout membre, il aura la possibilité d’exprimer ses points de vue », a souligné M. Charette, en précisant que Dominic Champagne n'avait pas reçu d'invitation autre que celle adressée à tous ceux qui ont adhéré à la CAQ.

Environ un millier de caquistes seront au conseil général, où seront débattues une trentaine de propositions portant sur différentes façons d’amoindrir les impacts négatifs des activités économiques sur l’environnement. Elles sont réparties en quatre grands thèmes : la transition énergétique, la gestion des matières résiduelles, la protection du territoire et la mobilité durable. Parmi elles : le retrait du plastique à usage unique, l'imposition de redevances sur les bouteilles d'eau, la promotion des énergies renouvelables, celle du télétravail ou la mise en place de nouvelles aires protégées.

« On est élu depuis quelques mois à peine, a noté le ministre. C’est la première, première occasion qu’ont les membres de se réunir, et on le fait sur une thématique qui porte exclusivement sur l’économie verte. Donc, je pense que c’est une belle illustration de l’importance que l’on accorde au sujet. »

On se donne un plan qui sera notre marche à suivre pour les années 2020-2030, avec des moyens précis. [...] C’est un petit peu le défaut des plans des dernières années des précédents gouvernements : on se donnait des objectifs, oui – objectifs qu’on n’a d’ailleurs jamais atteints –, mais ces objectifs-là n’étaient pas accompagnés de moyens précis.

Benoit Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

« Quand je regarde le cahier de propositions qui sera à l’étude par nos membres, on a toutes les raisons d’être très optimistes, a-t-il estimé. J’entendais ce même Dominic Champagne dire qu’il y avait des mesures qui étaient incontournables dans ce qu’on proposait. »

Le metteur en scène ne voit toutefois dans ces propositions qu'un début. « Les propositions sont somme toute assez élémentaires, assez primaires, a-t-il dit. Je pense que tout le monde est d’accord avec les propositions. […] Mais on sait que la grande différence, ça va être de sortir du pétrole et du gaz. »

Et le Québec est particulièrement bien placé pour y arriver, a-t-il souligné : « On est assis sur une mine d’or, avec notre hydroélectricité. Alors, exploitons-la sagement, rigoureusement […] pour qu’en 2030, on se retrouve fiers d’avoir atteint notre objectif. »

M. Champagne n’en est pas à sa première tentative de « contribution » au programme du gouvernement Legault.

En décembre dernier, l'organisation du Pacte pour la transition a offert au premier ministre Legault un projet de loi clés en main sur le climat. Elle estimait que le gouvernement ne disposait d'aucun véritable plan pour atteindre sa cible de réduire les émissions de GES de 37,5 % d’ici 2030 par rapport au niveau de 1990, et souhaitait y remédier. Québec n'a pas fait sien ce projet de loi.

« Ni la vision ni la volonté », accuse l'opposition

Le 10 avril dernier, le gouvernement a également refusé de débattre d'une motion libérale lui demandant de reconnaître le problème du suremballage au Québec et de déposer un projet de loi en ce sens.

La porte-parole du Parti libéral en en matière d'environnement, Marie Montpetit, a qualifié les propositions de la CAQ, dont une porte tout de même sur le suremballage, de « mesurettes ».

« Il y a vraiment un discours très vieillot, ça fait très rétrograde. Je trouve que c'est très décalé par rapport aux jeunes qui sont dans la rue, à la science, aux scientifiques, aux organisations. Je ne sens ni la vision ni la volonté », a-t-elle affirmé en entrevue à La Presse canadienne.

Québec solidaire (QS) a lancé en mars un « ultimatum » au gouvernement pour qu'il présente un plan d'action crédible contre les changements climatiques, à défaut de quoi il devrait composer après le 1er octobre 2020 avec une obstruction parlementaire systématique. QS entraverait les travaux et bloquerait l'adoption de projets de loi.

C’est bizarre que Dominic Champagne prenne une carte de la CAQ, c’est spécial, c'est contre-intuitif. Mais je comprends qu'il prenne ces moyens-là s'il estime que c'est la façon de faire une pression maximum sur le gouvernement. Et je ne peux que souhaiter qu'il soit entendu.

Sol Zanetti, député de Québec solidaire

Plus de 275 000 personnes ont jusqu'ici signé le Pacte pour la transition.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique