•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a vingt ans, Julie Payette s’envolait vers la Station spatiale internationale

    Julie Payette saluant la foule avec d'autres astronautes sur son trajet vers la navette Discovery à Cap Carnaveral.

    Le 27 mai 1999, l'astronaute Julie Payette s'envolait pour une première mission dans l'espace.

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    Le 27 mai 1999, l'astronaute Julie Payette décolle à bord de la navette Discovery. Elle devient au cours de cette mission la première Canadienne à monter à bord de la Station spatiale internationale. Retour en archives sur l'entraînement rigoureux qui a précédé cet accomplissement.

    Ingénieure de profession, Julie Payette est recrutée par l'Agence spatiale canadienne en 1992. Elle doit s’entraîner pendant près de sept ans avant de pouvoir réaliser son rêve de voyager à bord d'une navette spatiale.

    Dans le cadre de sa formation d'astronaute, la spécialiste de la reconnaissance de la parole étudie notamment le russe, décroche une licence de pilote professionnel et effectue 120 heures de vol en pesanteur réduite à bord d'avions.

    Le Point, 8 juin 1998

    En 1998, Julie Payette est reçue astronaute à la NASA comme responsable du bras canadien.

    Dans l'espace, elle fera partie d'une des équipes chargées d’assembler la Station spatiale internationale.

    Pour en savoir plus sur la préparation des astronautes, une équipe du Point suit Julie Payette pendant quelques jours au centre d'entraînement de la NASA, à Houston.

    Le reportage de Pierre Devroede et Hélène Pichette est diffusé à l’émission du 8 juin 1998.

    Julie Payette leur offre notamment un tour du propriétaire du simulateur de la navette spatiale Discovery.

    « La seule peur que j’ai, c’est celle de ne pas être à la hauteur des tâches à effectuer », confie-t-elle dans la cabine de pilotage.

    On voit aussi l’astronaute québécoise exécuter une première plongée en scaphandre dans le bassin d’entraînement de la NASA.

    Au fond de la piscine de 40 pieds, des reproductions de la soute de la navette et des modules de la station spatiale lui permettent de pratiquer ses manœuvres dans l’espace.

    La mission STS-96 à laquelle prendra part Julie Payette est la 26e mission de la navette Discovery.

    Le Téléjournal/Le Point, 27 mai 1999

    Le 27 mai 1999, à 6 h 48 du matin, la navette Discovery, avec à son bord Julie Payette, est propulsée dans l'espace.

    Le journaliste Réal D'Amours assiste à ce moment en direct de Cape Canaveral, en Floride.

    Puis, au Téléjournal, il fait le bilan de cette journée chargée d’histoire, d’émotions et de procédures.

    « C'est un modèle à tous les points de vue », déclare Aline Chrétien, la femme du premier ministre du Canada, qui a fait le voyage à Cape Carnaveral. « Pour la famille, pour les jeunes, pour le travail, pour les femmes... à tous points de vue, c'est un modèle. Beaucoup de gens vont être inspirés par elle. »

    Le Téléjournal/Le Point, 30 juin 1999

    La première mission de Julie Payette dans l'espace a duré 9 jours 19 heures 13 minutes 57 secondes du 27 mai au 6 juin 1999.

    Le 30 juin 1999, fraîchement de retour sur Terre, Julie Payette accorde une entrevue à Stéphan Bureau pour Le Point.

    L'astronaute lui raconte son périple extraordinaire, encore plus impressionnant qu'elle l'avait envisagé.

    Elle parle entre autres du sentiment de mission accomplie ressenti par l'équipage et du rôle primordial de la Station spatiale internationale.


    À l’été 2005, Julie Payette participera à nouveau à une mission de Discovery, cette fois comme responsable des communications avec la navette (capcom).

    Puis, en 2009, elle accomplira une deuxième et dernière mission dans l'espace à bord de la navette spatiale Endeavour.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Science