•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Explosion à Fort McMurray : une action collective de 20 millions autorisée

Une maison et une auto sont détruites.
Un juge de l'Alberta a autorisé un recours collectif de 20 millions de dollars contre la compagnie ATCO à la suite d’une explosion à Fort McMurray. Photo: Radio-Canada / Wallis Snowdon
Radio-Canada

Le juge Peter Michalyshyn de la Cour du Banc de la Reine a autorisé, mercredi, un recours collectif de 20 millions de dollars contre la compagnie ATCO Gas and Pipelines, relativement à une explosion survenue à Fort McMurray à la suite du feu de forêt dévastateur de 2016.

Les firmes Higgerty Law et James H. Brown et Associés l'ont confirmé par communiqué de presse.

L’explosion s’était produite dans le secteur résidentiel de Dickinsfield, peu après que ATCO eut rétabli l’approvisionnement en gaz dans le quartier après l’incendie de mai 2016, avant que l’évacuation ne soit levée. L’explosion avait détruit et endommagé plusieurs demeures.

Le directeur de la firme Higgerty Law, Peter Higgerty, souligne que les personnes touchées « ont maintenant un certain espoir de trouver une façon plus efficace et économique de régler leurs réclamations qui pourraient autrement ne pas être réglées ».

Lorsque le recours en justice a été déposé la première fois, les demandeurs espéraient obtenir un montant de 10 millions de dollars en dommages. Selon M. Higgerty, cette demande a été révisée plusieurs fois.

Le montant de 20 millions de dollars est une estimation. Il couvre les dommages-intérêts pour pertes financières et la souffrance émotionnelle et psychologique, explique l'avocat.

Pertes financières

Selon les avocats du recours collectif, les résidents des maisons touchées « ont subi d’importantes pertes financières en raison de la destruction d’articles personnels, de frais de subsistance pendant qu’ils essayaient de réparer leur maison et de détresse mentale grave ».

Le directeur de la firme Higgerty Law ajoute que sa compagnie a travaillé avec un peu moins de 50 propriétaires dont les maisons se trouvent dans un rayon de 250 mètres du « point zéro ».

Il affirme que des autres propriétaires qui vivent à l’extérieur de ce rayon, mais dans un rayon de 500 mètres, ont aussi été en contact avec la firme.

« Il reste à voir si d’autres propriétaires de maisons se manifesteront », souligne-t-il.

Une victime se confie

Gabriel Brophy-MacLean, qui fait partie du recours collectif, raconte qu’il a acheté une maison en 2013 à environ 100 mètres du lieu de l’explosion.

Il explique que cette explosion a endommagé le toit, les fenêtres et l’isolation de sa maison. La porte de son réfrigérateur a explosé et sa télévision est tombée de son support.

Il précise qu’il a dû payer entre 60 000 $ et 70 000 $ de sa poche en réparations.

« C’est formidable que nous ayons fait un pas en avant, cela ne fait que trois ans. C’est certainement un grand pas par rapport à où nous étions avant. Je sais que ce n’est pas encore la fin, mais, au moins, nous sommes beaucoup plus près de voir ce qui va se passer ou de connaître le responsable », affirme-t-il.

Alberta

Justice et faits divers