•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Service de garde à Saint-Célestin : offre incertaine pour septembre

Façade de l'école, le 4 juillet 2017

L'école primaire Marquis, à Saint-Célestin, a été fermée à la fin juin 2017. Le bâtiment est jugé dangereux.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Tout indique que le service de garde de l'école Saint-Célestin ne sera pas offert en après-midi à la prochaine rentrée scolaire. Les parents auront alors comme seule option d'utiliser les services de garde de l'école temporaire de leur enfant, soit à Sainte-Monique ou Sainte-Gertrude.

L’école primaire Marquis, à Saint-Célestin, sera démolie et un nouveau bâtiment sera construit. Durant les travaux, la Commission scolaire de la Riveraine doute qu’elle puisse offrir un service de garde.

Une lettre annonçant qu’en raison des travaux, la commission scolaire ne pourra pas pour le moment, d'offrir un service de garde en fin de journée à Saint-Célestin. De nombreux parents ont exprimé leur mécontentement sur les réseaux sociaux.

Depuis la fermeture de l’école en raison de la découverte de fissures, en juin 2017, les élèves fréquentent deux autres écoles : Arc-en-ciel, à Sainte-Monique et Despins, à Sainte-Gertrude.

On avait fait le choix, pour faciliter l’organisation familiale des parents, d’ouvrir quand même un service de garde à Saint-Célestin pendant la fermeture de l’école, mais compte tenu de la construction, il y a des éléments qu’on ne contrôle pas pour le moment, a expliqué le directeur général de la Commission scolaire de La Riveraine, Pascal Blondin en entrevue à Facteur matinal.

La commission scolaire avait tout de même maintenu un service de garde à Saint-Célestin pour accommoder les familles. Le gymnase et locaux de la municipalité situés très près de l’école étaient utilisés pour accueillir les enfants, mais ces lieux pourraient devenir inaccessibles.

Pour la prochaine année, notre questionnement est à l’effet qu’on va devoir démolir l’école et pour le moment, on n’est pas en mesure de dire si le service de garde pourra être possible durant la démolition ou la construction de l’école, affirme Pascal Blondin.

La commission scolaire dit qu’elle pourra peut-être offrir un service de dépannage le matin, puisqu’il s’agit d’une courte période au cours de laquelle les enfants n’utilisent pas la cour d’école. L’an dernier, moins de 10 élèves utilisaient le service de garde le matin.

En après-midi, entre 30 et 40 enfants vont au service de garde présentement.

Recherche de solutions

La commission scolaire tente présentement de trouver des options pour offrir le service.

Le directeur général est en contact avec le maire pour voir si d’autres endroits pourraient être utilisés, comme le sous-sol de l’église et le site de la patinoire de la municipalité. Il affirme qu’il est important d’avoir aussi accès à un espace extérieur pour offrir le service.

Pascal Blondin veut aussi voir avec l’entrepreneur qui sera choisi et s’il sera possible d’utiliser le gymnase ou une portion de la cour d’école et les locaux situés près du bâtiment, quitte à ce que le service de garde doive fermer durant certains jours ou semaines, selon les travaux.

Le directeur général de la commission scolaire affirme que l’entrepreneur devrait être nommé à la mi-juin et que son premier mandat sera d’établir un échéancier et de déterminer si les élèves pourront avoir accès à une portion de la cour d’école.

Pascal Blondin souligne que ça fait 40 ans que le Commission scolaire La Riveraine n’a pas construit de nouvelle école.

Mauricie et Centre du Québec

Éducation