•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Hôpital régional du Cap-Breton est surchargé

L'entrée de l'hôpital

L'Hôpital régional du Cap-Breton a de la difficulté à admettre des patients à l'urgence ces jours-ci.

Photo : CBC/Robert Short

Radio-Canada

L'Hôpital régional du Cap-Breton, à Sydney, a lancé une alerte à ses employés jeudi signalant que la demande surpasse la capacité de certains services, dont l'urgence.

Il est difficile d’admettre des patients à l’urgence parce qu’il n’y a pas assez de lits disponibles pour cela, explique un porte-parole de la Régie de santé de la Nouvelle-Écosse, Greg Boone.

L’alerte a informé le personnel de l’hôpital que la demande surpasse largement la capacité du service d’urgence, affirme M. Boone. Le personnel doit faire tout ce qui est possible pour libérer des lits afin d’admettre de nouveaux patients.

Ces dernières semaines, précise-t-il, il n’était pas hors de l’ordinaire qu’une vingtaine de patients soient admis à l’urgence tandis qu’une quinzaine d’autres attendaient de voir un médecin ou de recevoir des résultats de tests médicaux.

Des patients de l’hôpital régional sont transférés à d’autres établissements et le personnel vérifie si d’autres patients peuvent recevoir leur congé de l’hôpital.

Il n’est guère étonnant que l’urgence de l’hôpital régional soit surchargée, estime Greg Boone. La fermeture temporaire de services d’urgence et de lits dans d’autres collectivités contribue à la situation.

À l’hôpital de Glace Bay, précise-t-il par exemple, 23 lits sont vacants à l’heure actuelle parce que des médecins de famille ne soignent plus de patients à l’hôpital tandis que des négociations salariales se poursuivent.

Du personnel infirmier de Glace Bay a été dépêché en renfort à Sydney.

Les autorités médicales ne peuvent estimer pendant combien de temps l’Hôpital régional du Cap-Breton sera surchargé. Cela dépend de plusieurs facteurs et de l’efficacité des diverses mesures prise pour atténuer la situation, explique Greg Boone.

Avec des renseignements de Wendy Martin, de CBC

Nouvelle-Écosse

Soins et traitements