•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des « agents épouvantails » pour le Service de police d'Ottawa

Un agent épouvantail mis en place à Ottawa.
Chaque panneau coûte environ 165 $ à produire. Photo: Radio-Canada / Christian Milette
Radio-Canada

Le Programme d'amélioration de la sécurité des routes d'Ottawa et le Service de police d'Ottawa (SPO) ont créé un poste d'« agent épouvantail », qui vise à faire ralentir les automobilistes dans le territoire de la capitale.

Un projet-pilote similaire, qui employait une figure métallique découpée d’un policier en grandeur nature, braquant un pistolet radar a été considéré fructueux à Coquitlam, en Colombie-Britannique, en 2018.

La figure découpée est une mesure de dissuasion visant à ralentir les automobilistes sur les routes où la vitesse excessive est un problème chronique. Aucune accusation n’est portée contre les automobilistes, peut-on lire dans un communiqué transmis par les autorités, jeudi.

Un agent se tient à côté d'un agent épouvantail.Agrandir l’imageLes panneaux sont en taille réelle. Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Lors des deux mois de sa durée, le projet-pilote de Coquitlam a permis de recueillir des données sur la vitesse qui firent état d’une diminution significative en présence de la figure découpée, a déclaré le conseiller Stephen Blais, président du Comité municipal des transports, ce qui démontre qu’elle représente une option de dissuasion abordable.

Dans la Ville d’Ottawa, la figure employée pour cet agent épouvantail est celle de l’agent de la circulation Luc Mongeon.

Les panneaux seront mis en place à deux endroits distincts à travers la ville : un premier sur le boulevard Portobello et un deuxième sur la rue Bridge, à Manotick. Chaque panneau coûte environ 165 $ à produire et devrait être en mesure de résister au sabotage, comme les gaffitis, et aux intempéries.

Ces deux endroits ont été choisis parce qu’ils comportent des zones de sécurité communautaire et des écoles, expliquent les autorités.

Non-respect des limites de vitesse

Les autorités ajoutent qu’une évaluation de la vitesse a été effectuée à cet endroit. Chez les 5009 véhicules y passant en 24 heures, la vitesse moyenne était de 57 km/h dans une zone de 50 km/h, selon les policiers. Un véhicule a même été aperçu roulant à une vitesse maximale de 99 km/h dans le secteur.

Pendant l'évaluation faite par les autorités pour ce tronçon, le taux de respect de la limite de vitesse était de seulement 16 %.

Les limites de vitesse sont fixées pour de bonnes raisons. Dépasser la limite de vitesse, ne serait-ce que de 10 km/h, présente des dangers additionnels pour les automobilistes et autres usagers de la route, particulièrement les piétons, a déclaré l’agent Luc Mongeon. Nous tenons à ce que les conducteurs, lorsqu’ils prennent le volant, pensent à la sûreté par-dessus tout.

Les autorités ont indiqué que d'autres panneaux comme ceux qui ont été mis en place vendredi pourrait être installés dans le territoire de la Ville au cours des six prochains mois.

Ottawa-Gatineau

Transports