•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un troisième refuge pour sans-abri ouvrira ses portes à Moncton

Un immeuble entouré d'un stationnement avec quelques voitures qui y sont garées.

La Maison Nazareth a acheté cet immeuble du 75, rue Albert à Moncton afin d'y aménager un troisième refuge pour sans-abri dans la région.

Photo : Radio-Canada / Shane Magee

Patrick Lacelle

À la fin des années 1970, sœur Rita Barrieau ouvre la porte à un itinérant dans un petit appartement de ce qu'on connaît aujourd'hui comme le Grand Moncton. Elle fonde alors le refuge de la Maison Nazareth. Aujourd'hui, près 50 ans plus tard, sa grande vision se concrétise.

Je l’avais dans le rêve et dans le désir. J’ai tout essayé, mais le terrain n’était pas prêt [à cette époque], a confié Sr Barrieau.

Deux femmes assises côte à côte.

La ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, et la sœur Rita Barrieau lors de l'annonce de vendredi matin à Moncton

Photo : Radio-Canada / Patrick Lacelle

Vendredi, la Maison Nazareth, qui avait déjà un établissement au 14 de la rue Clark, a annoncé avoir fait l’acquisition d’un deuxième bâtiment en plein cœur de la municipalité. L'organisme y ouvrira un nouveau refuge en août qui offrira une gamme de services aux itinérants de la région, de la santé mentale à la toxicomanie.

On ne doit plus gérer l’itinérance. On doit trouver des solutions!

Jean Dubé, directeur général de la Maison Nazareth

Plutôt que de renvoyer les gens à la rue après leur avoir offert un repas et une nuit de sommeil bien à l’abri, les bénéficiaires pourront y rester toute la journée et obtenir des services sur place.

On pourra encadrer les gens immédiatement. On pourra leur offrir des services non seulement le soir, mais le jour aussi. On pourra offrir les services dont ils ont besoin pour traiter le problème à la base, a souligné M. Dubé.

Le nouveau refuge aura par ailleurs une section « damp ». C’est-à-dire que les gens qui ont consommé de la drogue ou de l’alcool pourront y rester et recevoir de l’aide appropriée.

Un homme entouré de journalistes micro en main.

Le directeur général de la Maison Nazareth, Jean Dubé, a annoncé l'acquisition d'un nouvel immeuble vendredi.

Photo : Radio-Canada / Patrick Lacelle

Ce troisième refuge pour sans-abri du Grand Moncton comptera un total de 120 lits. Il ouvrira ses portes dans un contexte où un refuge d’urgence temporaire a fermé ses portes à la fin mars. Avant de fermer ses portes, l’endroit pouvait héberger près de 100 personnes.

Il y avait 100 personnes qui n’avaient pas de maison, pas de place où aller, a rappelé M. Dubé.

La facture du nouvel immeuble de la Maison Nazareth s’élève à 775 000 $. Les gouvernements provincial et fédéral ont injecté un total de 480 000 $ pour aider l’organisme à en faire l’acquisition.

Ce n’est pas quelque chose de nouveau, l’itinérance à Moncton, et je pense que c’est vraiment le temps qu’on leur offre plus de services, a indiqué la ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor.

Il y a deux options pour l’immeuble actuel de la Maison Nazareth. Il pourrait être vendu, mais ce n’est pas l’option privilégiée. Les administrateurs de l’organisme veulent en faire un refuge réservé aux femmes.

Les femmes ne se sentent pas en sécurité dans des hébergements mixtes. Je n’ai pas besoin de vous dire pourquoi. Les gens qui sont dans ces situations-là cherchent de l’aide. Elles ne veulent pas se faire abuser.

Jean Dubé, directeur général de la Maison Nazareth

Près de 800 personnes utilisent les refuges pour sans-abri du Grand Moncton chaque année. Les chiffres stagnent. L’ajout d’un troisième refuge est plutôt accueilli comme une bonne nouvelle. Toutefois, est-ce que l’ajout d’un établissement ne serait pas le signe que le problème s'aggrave?

La ville de Moncton grandit. Alors nécessairement, ce n’est pas comme quand j’ai commencé dans un petit loyer avec une personne qui était sans-abri en 1978, a conclu la Sr Barrieau.

Nouveau-Brunswick

Pauvreté