•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ces entreprises qui recyclent le dioxyde de carbone

En utilisant différentes technologies déjà existantes et en les adaptant, Carbon Engineering a réussi à capturer du carbone de l'atmosphère à un coût plus abordable que ses compétiteurs.
En utilisant différentes technologies déjà existantes et en les adaptant, Carbon Engineering a réussi à capturer du carbone de l'atmosphère à un coût plus abordable que ses compétiteurs. Photo: Carbon Engineering
Adrien Blanc

Les représentants de plus de 25 États sont réunis à Vancouver, de lundi à mercredi, pour discuter des moyens de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de capter un de ces gaz déjà présents dans l'atmosphère : le dioxyde de carbone, ou CO2. Des entreprises britanno-colombiennes proposent des solutions.

À la conférence CMEP10/MI-4 de Vancouver, une centaine d’entreprises sont invitées à présenter leurs innovations pour atteindre l’objectif de réduction du réchauffement de la planète. À côté des industries pétrolières, gazières et nucléaires, une dizaine d’entreprises proposent des technologies de captage et de recyclage du CO2.

Capter le CO2

À Burnaby, l’entreprise Inventys met au point un système de récupération du dioxyde de carbone présent dans les fumées rejetées par les usines.

Une image de synthèse représente des fumées passant au travers d'une roue.À l'usine Inventys, le CO2 qui s'échappe des fumées d'usine est récupéré par des panneaux absorbants montés sur une roue. Photo : Inventys

Inventys espère commercialiser son produit en 2020.

Le vice-doyen de la faculté de génie de l’Université de Regina, Amr Henni, estime que la technologie de captage du CO2 est efficace et rentable. Le problème est plutôt de lui trouver des débouchés.

On a tellement de CO2 qu'on ne sait plus où le mettre.

Amr Henni, vice-doyen de la faculté de génie de l’Université de Regina

Utiliser du CO2 pour extraire le pétrole

Le dioxyde de carbone est généralement vendu aux entreprises pétrolières pour faciliter l’extraction du pétrole et du gaz. Le CO2, lorsqu’il est ajouté au pétrole, en diminue la viscosité, explique Amr Henni, et permet au pétrole de remonter vers la surface.

Selon le professeur, il est important d’améliorer la production du pétrole, car l’économie canadienne en dépendra encore dans les 50 prochaines années. Peut-être qu’on aura des voitures électriques et qu'on n’aura plus besoin d’essence, mais le pétrole sera toujours utilisé pour la pétrochimie , dit-il.

Des carburants à base de CO2

À Squamish, l’usine Carbon Engineering a pour objectif de capter 1 million de tonnes de dioxyde de carbone par an. Les dirigeants de l’entreprise veulent atteindre un coût de production inférieur à 134 $ la tonne pour être en mesure de transformer le CO2 en carburant en le mêlant à d’autres gaz que l'on retrouve dans l’atmosphère.

L'usine pilote de Carbon Engineering à Squamish, en activité depuis 2015, a démontré qu'il était possible de capturer du carbone de l'atmosphère.L'usine pilote de Carbon Engineering, à Squamish, en activité depuis 2015, a démontré qu'il était possible de capturer du carbone dans l'atmosphère. Photo : Carbon Engineering

Des batteries qui fonctionnent au CO2

AGORA Energy Technologies, établie à Vancouver, s’est spécialisée dans la fabrication de batteries qui fonctionnent en partie grâce au dioxyde de carbone. Le gaz est injecté dans le système lorsque la batterie se charge. Lorsqu'elle se décharge, un processus chimique permet de ne rejeter qu’une partie du dioxyde de carbone.

Fertiliser les plantes avec du CO2

L’entreprise Quadrogen, de Burnaby, affirme que les gaz qui s’échappent des usines de traitement des eaux, du fumier présent dans les fermes et des décharges sont constitués à 40 ou 50 % de dioxyde de carbone. Or, les plantes se nourrissent de CO2. Quadrogen récupère donc le gaz rejeté par la fermentation des déchets, le dépollue puis l’injecte dans des serres.

Le professeur Amr Henri estime que ces technologies ont encore besoin d'être perfectionnées. Elles devront notamment réduire leurs coûts pour être rentables. C'est uniquement en ayant une électricité à un prix presque égal à 0 $ que ces technologies deviendront économiquement viables , affirme-t-il.

Selon lui, le gouvernement fédéral devrait subventionner les entreprises qui se lancent dans le recyclage du CO2, notamment grâce aux revenus de la taxe sur le carbone.

Innovation technologique

Environnement