•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

I Love U : l'amour sous la lorgnette des milléniaux

Le Théâtre du Mortier aborde le thème de l’amour à l’ère du numérique avec sa pièce I Love U. Photo: Courtoise
Radio-Canada

Le Théâtre du Mortier aborde le thème de l'amour à l'ère du numérique avec sa pièce I Love U, présentée jeudi, vendredi et samedi à 20 h au Côté Cour de Jonquière.

Les cofondateurs de la troupe, Kevin Girard et Joëlle Gobeil, sont les deux seuls comédiens à fouler les planches. Ils sont appuyés d’une mise en scène minimaliste.

La pièce est le fruit d’une réflexion avec des milléniaux, des 18 à 30 ans. Depuis de nombreuses années, je me pose la question : qu’est devenu l’amour? Surtout avec l’arrivée des applications de rencontres et des réseaux sociaux. Est-ce que l’amour devient impersonnel? On est allés voir des jeunes du cégep, on leur a posé la question et on a questionné leur entourage.

Kevin Girard, auteur et comédien

C’est cru et assez direct. Ça va avec le public à qui on s’adresse, pointe pour sa part Joëlle Gobeil.

Les comédiens Joëlle Gobeil et Kevin Girard. Joëlle Gobeil et Kevin Girard ont fondé le Théâtre du Mortier. Photo : Radio-Canada / Julie Larouche

Ce public est principalement formé de jeunes, mais le propos de la pièce s’adresse aux porte-étendards de toutes les générations.

Les générations précédentes se posent des questions sur ce qu’est l’amour aujourd’hui. Et ce qu’on constate, c’est qu’il n’y a pas grand-chose qui change tant que ça. Les valeurs, la définition de l’amour sont pas mal toujours les mêmes. C’est juste que les applications et les outils changent. La génération change, mais pas tant les questionnements, renchérit Kevin Girard.

Le théâtre et le public mis en commun

Le Théâtre du Mortier a pour mission de mettre de l’avant la médiation culturelle.

On veut se rapprocher de notre public. On veut que le public soit présent dans toutes les étapes de la création, qu’il ait accès à notre démarche et à notre sujet. Qu’il puisse se questionner avec nous sur le sujet de la pièce, conclut Joëlle Gobeil.

D'après le reportage de Julie Larouche

Saguenay–Lac-St-Jean

Théâtre