•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau membre de la Commission de services policiers de Thunder Bay attire déjà les critiques

Des personnes assises derrière une table.
Celina Reitberger, la présidente de la Commission des services policiers de Thunder Bay (à gauche) en compagnie de l'administrateur Thomas Lockwood et du greffier de la municipalité, John Hannam. Photo: CBC/Cathy Alex
Radio-Canada

La Nation Nishnawbe Aski demande la démission du nouveau membre de la Commission des services policiers de Thunder Bay (CSPTB), John Cyr, en raison de sa lettre d'appui en 2017 à la sénatrice canadienne Lynn Beyak sur la question des pensionnats autochtones.

John Cyr, un avocat de Thunder Bay, s’est joint officiellement à la Commission des services policiers de Thunder Bay mardi. Il a été nommé par la province pour un mandat de trois ans.

En 2017, une lettre de M. Cyr dans laquelle il écrivait que les commentaires controversés de la sénatrice Lynn Beyak sur les pensionnats autochtones étaient équilibrés et réfléchis a été publiée dans un journal de Thunder Bay.

Est-ce que les détracteurs de la sénatrice Lynn Beyak disent qu’il n’y a jamais eu de bonnes actions tout au long du siècle et demi d’existence des pensionnats? Jamais?

Extrait de la lettre de John Cyr publiée en 2017

La sénatrice originaire de Dryden, dans le nord-ouest de l’Ontario, a été suspendue récemment pour avoir refusé de retirer des lettres racistes de son site Web.

La sénatrice conservatrice Lynn BeyakLa sénatrice conservatrice Lynn Beyak considère que les expériences positives et les «bonnes actions» des administrateurs des pensionnats autochtones ont été éclipsées par les atrocités commises. Photo : Sénat du Canada

Dans une déclaration publiée jeudi en fin d’après-midi, le grand chef de la Nation Nishnawbe Aski, Alvin Fiddler, a demandé à Cyr de démissionner du conseil.

Il est inacceptable et insultant qu’une personne qui a exprimé son appui aux actions racistes de la sénatrice Beyak soit nommée par la province au conseil chargé de rétablir la confiance de la communauté autochtone envers le service de police, affirme le grand chef.

Nous exigeons que la province annule cette nomination ou que M. Cyr remette sa démission immédiatement.

Alvin Fiddler, grand chef de la Nation Nishnawbe Aski

Lorsqu’il a été contacté par CBC jeudi, John Cyr a admis avoir écrit la lettre, mais qu’il ne l'a pas lue depuis longtemps.

Il a déclaré qu’il était d’accord avec la récente décision du Sénat canadien concernant l'explusion de Mme Beyak.

Portrait d'un homme portant des lunettes.John Cyr n’a pas fait de nouveaux commentaires au sujet des pensionnats autochtones jeudi lors d’une entrevue avec CBC. Photo : Commission des services policiers de Thunder Bay

De son côté, la présidente de la CSPTB, Celina Reitberger, a refusé de commenter la lettre écrite par M. Cyr il y a deux ans. Elle a déclaré qu’elle s’en tenait à ses propos formulés plus tôt cette semaine, alors qu'elle avait décrit John Cyr comme un bon allié.

John Cyr affirme qu’il a voulu se joindre à la Commission des services policiers de Thunder Bay parce qu’il croit qu’elle peut faire de bonnes choses dans la collectivité.

Il y a de merveilleuses occasions de trouver de très bonnes façons de faire les choses... avec des résultats très positifs, et c’est là où nous devons nous diriger, croit M. Cyr.

Un organisme en reconstruction

La Commission des services policiers de Thunder Bay a été privée de ses pouvoirs en décembre après que deux rapports de comités de surveillance de la police aient révélé l’existence d’un racisme systémique au sein de la commission et du service de police municipal.

Un administrateur a été nommé pour superviser les activités du conseil.

Depuis, les membres de la CSPTB ont suivi une formation sur la gouvernance et la sensibilisation culturelle, et leur droit de vote a été rétabli.

Avec les informations de CBC

Nord de l'Ontario

Forces de l'ordre